Engagée dans un vaste renouvellement de sa flotte, la RATP a retenu trois constructeurs français pour la fourniture de 800 bus électriques.

Les autobus électriques devraient envahir massivement la capitale dès la fin 2020. En effet, c’est à cette échéance que les premiers des 800 exemplaires commandés arriveront, selon le marché conclut entre la RATP et Alstom, Heuiliez et Bolloré. L’opérateur a retenu un trio national et écarté les constructeurs étrangers pourtant leaders comme Yutong et BYD. Ces derniers n’auraient pas été satisfaisants sur le plan technique.

L’accord-cadre porte sur 200 commandes fermes et un potentiel de 600 autobus supplémentaires pour un montant maximum de 400 millions d’euros. Une opération totalement financée par Île-de-France Mobilités. Il s’agit de modèles classiques de 12 mètres de long qui seront rechargés et entretenus dans 12 des 25 dépôts que la RATP a déjà commencé à transformer. Ils rejoindront la flotte de 4700 autobus dont 1173 fonctionnent déjà avec une énergie alternative (950 hybrides, 140 bio-GNV et 83 électriques).

L’autorité gestionnaire des transports publics du grand Paris souhaite également verdir sa flotte extra-muros. Elle vient d’annoncer la commande de 641 bus électriques et GNV pour la moyenne et grande couronne. Un marché à 200 millions d’euros lancé sans appel d’offre via la centrale d’achat du transport public. Le nom du ou des constructeurs sélectionnés n’a pas encore été dévoilé.

Publicité


Publicité