La version cinq portes de l'Audi A3 se pare d'une motorisation très légèrement électrifiée. Elle est accompagnée d'une toute petite batterie qui permet surtout de réduire de quelques grammes les émissions de CO2 et ainsi se conformer aux rudes normes européennes.

Alors que l’Audi A3 est disponible en hybride-rechargeable (e-Tron), la version Sportback se contente au départ d’un système léger 48 volts. La marque d’Ingolstadt n’a pas profité du renouvellement de la compacte cinq portes pour passer immédiatement à l’électrique. Au lancement, trois motorisations sont proposées : un bloc essence 1.5 L de 150 ch et un diesel 2.0 L de 116 ch ou 150 ch.

Audi annonce qu’il sortira plus tard un moteur essence 1.0 L 110 ch ainsi qu’une version hybride-léger du 1.5 L 150 ch. Ce dernier embarquera un alterno-démarreur à entraînement par courroie, utilisé comme moteur et générateur électrique. Le système fonctionnera sous une tension de 48 volts. Une batterie lithium-ion très compacte permettra de récupérer l’énergie du freinage jusqu’à une puissance de 12 kW.

Lors des démarrages et accélérations à faible vitesse, la technologie fournira 9 kW (12 ch) et 50 Nm supplémentaires au moteur thermique. En mode 100% électrique, l’Audi A3 Sportback se limitera à… 40 secondes d’autonomie, explique la marque. L’économie de carburant représente 0,4 l/100 km, suffisant pour diminuer de quelques grammes les émissions de dioxyde de carbone et rentrer dans les clous des normes européennes et autres malus.

Publicité


D’autres moteurs diesel et essence seront proposés « quelques mois après la mise sur le marché » de la nouvelle Audi A3 Sportback. On retrouvera notamment une version hybride-rechargeable déclinée en deux niveaux de puissance et une motorisation au GNV (gaz naturel pour véhicules), qui ne sera cependant pas disponible en France, précise le constructeur.

Publicité