Tecday : les innovations de Daimler, Mercedes et Smart dans le domaine du véhicule électrique

Il ne s’agit pas pour l’instant de l’arrêt de la commercialisation de ces blocs qui vont donc continuer à être montés pendant quelques années sur les véhicules du groupe (hors Smart qui passe déjà à une gamme 100% électrique).

D’autant plus que de récents 6 cylindres en ligne, essence en diesel, commencent seulement véritablement leur cycle de vie sur différents modèles, de la Classe E à la Classe S, en passant par les volumineux SUV.

L’arrêt concerne d’abord le développement de nouveaux moteurs thermiques, la partie généralement la plus coûteuse dans une voiture gavée aux produits pétroliers. Le budget jusque-là affecté aux recherches et à la réalisation de ces blocs, ainsi qu’aux systèmes de transmission associés, devrait servir à faire progresser d’un pas de géant la mobilité électrique au sein des différentes marques chapeautées par le groupe allemand.

Nul doute que Daimler aura voulu ne pas se laisser distancer par le groupe Volkswagen qui mise gros sur l’électromobilité désormais, en particulier avec la Porsche Taycan qui constitue la réplique pour l’instant la plus crédible aux bolides électriques de Tesla. Avec des fonds qui ne sont pas illimités, les constructeurs doivent donc effectuer les bons arbitrages pour leur pérennité, avec la pression de l’Europe notamment, mais aussi de la Chine.

Publicité


Publicité