Attendue au Mondial de Paris dans un peu plus de deux semaines, l'Opel Ampera-e se voit gratifiée d'un coup de pub indirect avec l'annonce de l'autonomie officielle EPA (norme américaine réaliste) de son inspiratrice Bolt (puisque l'Opel est une "copie" de la Chevrolet).

L’objectif de départ était la barre des 200 Miles EPA pour la Chevrolet Bolt qui se doit de donner le change à la future Tesla Model 3 sur le marché américain, et ensuite européen.

Bénéficiant d’une phase de développement en avance par rapport à celle-ci, la Chevrolet Bolt devrait arriver en concession début 2017 outre-Atlantique (USA puis Canada) avec comme premier argument cette autonomie EPA de 238 miles (383 km EPA) inédite dans le segment des compactes électriques, largement au-dessus de la Nissan Leaf 30 kWh jusqu’ici la référence (172 km EPA).

En partant de l’hypothèse qu’une capacité utile de 52 kWh (hors tampon de sécurité haut et bas) sera disponible sur les 60 kWh de capacité totale de la batterie, la consommation s’établirait autour des 13,5 kWh / 100 km, ce qui reste encore optimiste par rapport à la réalité du quotidien.



Il sera plus probable d’observer des consommations de l’ordre de 15 à 16 kWh/100 km qui donnerait une autonomie autour de 200 miles (320 km).

Un indice néanmoins joue en faveur de cette annonce : la forte expérience engrangée par GM grâce aux deux générations de Volt tend à montrer que l’autonomie EPA des modèles GM est facilement atteignable.

La Volt 1 annoncée à 60 km EPA permet au quotidien de 50 à 90 km selon la saison (retours utilisateurs). La Volt 2 annoncée à 85 km EPA tutoie régulièrement la barre des 100 km selon les retours américains et canadiens que nous avons.

La force de cette Bolt viendra donc peut être de l’héritage technique de sa grande sœur pour honorer sa promesse d’autonomie.

Rendez-vous donc dans un peu plus de quinze jours pour la suite : découvrir l’Ampera-e au Mondial de l’auto !