Irizar Ie Tram bus urbain

C’est avec amertume que les usagers du réseau urbain d’Amiens ont découvert que les bus électriques Irizar IeTram ne circulaient pas hier.

La raison de l’arrêt de la quasi-totalité du réseau est la vague de froid qui a gagné le nord de la France. Les tramways sur roues ont refusé de prendre la route. En cause, des pompes à chaleur trop peu efficaces et des bouteilles d’air gelées.

Si la température à bord des bus électriques peinait à atteindre les 10 °C à cause des températures très basses, le vrai problème se situe au niveau du circuit pneumatique des véhicules. Fonctionnant à l’aide de bouteilles d’air comprimé, de la condensation s’est formée à l’intérieur. Le gel a ensuite fait son effet. Les circuits d’air permettant de libérer le système de freinage sont restés coincés.

Finalement, ce sont 37 véhicules sur 43 qui sont restés coincés sur le parc du réseau Ametis. Certains ont pu être remplacés par des véhicules de réserve d’ancienne génération. Cependant, le cadencement des lignes Nemo d’Amiens est passé de 10 à 30 minutes.



Les techniciens du constructeur Irizar devaient se rendre sur place dans la soirée d’hier pour tenter de remédier aux différents problèmes rencontrés. Mais à l’heure actuelle, le site du réseau Amétis indique toujours des perturbations en raison du froid.

La Métropole d’Amiens a investi plus de 40 millions d’euros dans ses 43 véhicules mis en service au printemps 2019. Son représentant, Alain Gest, a déclaré à France Bleu Picardie qu’il n’avait que très rarement vu les 43 véhicules fonctionner tous en même temps.

Source : France Bleu

Avis de l'auteur

Sur les véhicules de type poids lourd, fonctionnant avec un circuit pneumatique pour le freinage, il existait des systèmes de purge de la condensation pour éviter ce problème. Le conducteur ou un mécanicien devait régulièrement tirer sur une languette sous le véhicule qui libérait un orifice en bas des bouteilles d’air prévues pour évacuer l’eau qui avait pu se former à l’intérieur.

Reste à savoir si les véhicules d’Irizar en sont encore pourvus de nos jours et si le système n’a pas été automatisé pour éviter aux conducteurs ou aux services techniques des transporteurs de devoir le faire. Quoi qu’il en soit, la motorisation électrique n’a rien à voir avec le fond du problème. Du moins pour la partie freinage.

Le système de pompe à chaleur équipant ce type de véhicule montre néanmoins ses limites dans des conditions hivernales. Certains constructeurs d’autobus, tels que MAN, proposent en option des systèmes de chauffage auxiliaire fonctionnant au gasoil sur ces véhicules pour les journées les plus froides.