D’un montant de 400 millions d’euros, ce nouvel investissement dans le domaine de l’électromobilité vise à préparer l’usine allemande de Dingolfing à la production du premier SUV électrique du constructeur.

Chez BMW, les investissements s’enchaînent. Alors qu’elle inaugurait le mois dernier son nouveau centre d’excellence dans le domaine des batteries, la marque allemande vient d’annoncer un nouvel investissement destiné à adapter ses outils industriels. Au total, BMW compte débloquer une enveloppe de 400 millions d’euros dans son usine de Dingolfing afin d’y produire le BMW iNext, son tout premier SUV 100 % électrique. A terme, celui-ci sera ainsi assemblé aux côtés des BMW séries 5, 7 et 8, dans l’un des deux halls d’assemblage du site.

Attendue en 2021, le BMW iNext s’annonce comme un concurrent direct des Audi e-tron et Mercedes EQC. Promettant jusqu’à 600 kilomètres d’autonomie, il sera lancé la même année que la BMW i4, une berline électrique premium destinée à concurrencer la Tesla Model S.

Publicité


Publicité