L’électrique a la primeur des investissements chez BMW, mais l’hydrogène reste une énergie d’avenir pour la marque qui confirme le X5 à pile à combustible dès 2022 en petite série.

GNV, GPL, électricité, hydrogène, que de choix pour les constructeurs pour fabriquer une automobile plus propre. Si l’électrique à batteries reste la solution massivement déployée par les marques pour décarborner leurs modèles, BMW s’intéresse aussi à l’hydrogène.

Un moteur de 374 chevaux

« Il n’y a pas qu’une solution », précise Klaus Fröhlich, membre du comité directoire BMW, « la technologie hydrogène peut devenir le quatrième pilier* de notre portfolio de motorisations à long terme ». Une technologie sur laquelle le groupe d’outre-Rhin collabore avec Toyota depuis 2013.

Dans cet objectif, un X5 i Hydrogen Next avait été dévoilé au Salon de Francfort en septembre 2019. BMW détaille aujourd’hui son SUV, qui sera équipé du même moteur électrique que l’iX3. Avec son bloc arrière de 275 kW (374 ch), le X5 tirera son énergie d’une batterie située sous le plancher du coffre. Une pile à combustible de 170 ch alimentera cette dernière, installée à l’avant du véhicule. On ignore si elle est identique à la Mirai mais on sait qu’elle est alimentée par deux réservoirs d’hydrogène de 700 bars. Le premier est disposé sous les sièges arrière, l’autre venant se loger dans le tunnel central. La firme allemande n’indique pas l’autonomie de son colosse, mais pourrait excéder les 600 kilomètres.



BMW X5 pile à combustible hydrogène

A gauche, la pile à combustible, au milieu les réservoirs à hydrogène, à droite, le moteur électrique sous la batterie

BMW confirme qu’une petite production en série démarrera en 2022. Le véhicule dérivera bien du X5, sans préciser d’éventuels spécificités côté design. Après 2025, le constructeur lancera une voiture à hydrogène de grande série. Son partenaire commercialisera la Toyota Mirai de seconde génération fin 2020.

*(essence, diesel, électrique et donc hydrogène)