Organisme représentatif de la filière, la Plateforme Automobile (PFA) invite le gouvernement à prendre rapidement des mesures pour relancer les ventes du secteur. Pour les véhicules écologiques, une augmentation du bonus est demandée.  

Réunis ce jeudi 30 avril lors d’un comité stratégique, les principaux représentants de la PFA et les membres du gouvernement ont pu évoquer les mesures de relance à mettre en œuvre pour sortir la filière automobile de la crise.

Alors que les ventes de voitures particulières ont chuté de 89 % au mois d’avril, la PFA appelle à faire de la transition écologique un « levier de relance » de l’industrie automobile. Il s’agit notamment de réévaluer le montant du bonus accordé aux entreprises. Passé de 6.000 à 3.000 euros, celui-ci a été divisé par deux depuis le 1er janvier. L’introduction d’une prime de 2.000 € pour l’achat d’un véhicule hybride rechargeable est également proposée. Du côté des infrastructures, la PFA appelle à la mise en œuvre d’un plan d’investissement pour soutenir le déploiement de bornes de recharge.



Une prime à la conversion élargie

Au-delà du bonus, la PFA souhaite élargir la prime à la conversion en augmentant le nombre de véhicules et de ménages éligibles.

Compte tenu des capacités d’investissement limitées des constructeurs en sortie de crise, la PFA propose par ailleurs la mise en œuvre d’un mécanisme de soutien dédié au volet R&D. Batteries, électronique de puissance, véhicules autonomes et connectés, hydrogène… plusieurs thématiques sont citées. Sur la partie production, la PFA estime que des aides spécifiques devront être lancées pour accélérer la modernisation et la digitalisation des chaînes de montage.

Un plan de relance annoncé en juin

Alors que les différents organismes professionnels font pression sur le gouvernement pour obtenir des annonces rapides, Bercy ne prévoit pas de mesures avant juin.

« Nous sommes sur le déconfinement. On ne sait pas comment cela va se passer avec le virus, comment les consommateurs vont réagir dans les semaines à venir. Aucun plan de relance ne sera lancé avant juin au moins », a expliqué le ministère de l’Economie et des finances à BFMTV.

Une façon pour le gouvernement de voir les effets du déconfinement sur le secteur automobile pour mieux évaluer la reprise du marché et les mesures à mettre en œuvre pour le relancer.