Malgré la montée en puissance de l'électrique, les rejets de CO2 des voitures neuves ont augmenté sur le Vieux Continent pour la troisième année consécutive, revenant aux niveaux de 2014.

Sur Automobile Propre, nous poussons à des véhicules moins nocifs pour l’environnement. Malgré un engouement progressif pour les modèles électrifiés, le marché automobile reste très dépendant des énergies fossiles et l’un des rares à ne pas réduire son empreinte carbone.

A qui la faute ?

Selon JATO Dynamics, spécialiste des données sur l’automobile, les émissions de CO2 des voitures neuves vendues en Europe ont progressé à 121,8 g/km en 2019. C’est 1,3 g/km de plus qu’en 2018, et surtout la troisième année consécutive de hausse, après un creux observé en 2017 (117,8 g/km). Pire, le niveau est presque revenu à celui observé il y a 5 ans en arrière (123,3 g/km en 2014).

Comment expliquer ce phénomène ? Il n’y a pas une mais plusieurs raisons. La première est la hausse des ventes globales. L’an dernier, les immatriculations ont progressé de 1,2% dans l’Union Européenne, à 15,34 millions de véhicules (vs 15,16 millions en 2018).

Publicité


« Comme attendu, la combinaison de la baisse du diesel et de la hausse des SUVs continue d’avoir un impact sur les émissions », indique en seconde cause Felipe Munoz, « nous n’espérons pas de changement de tendance à moyen terme ». Le diesel est décrié pour ses émissions de particules fines ou NOx (oxydes d’azote), mais génère légèrement moins de CO2 que l’essence en cycle homologué. En Europe, la part du diesel est passée de 35,9 à 30,5% en 2019, contre 56,6 à 58,9% pour l’essence.

En parallèle, le bond des hybrides et des électriques n’a pas compensé cette évolution. Les hybrides représentaient 5,9% des immatriculations en 2019 (vs 4% en 2018), les électriques 3% (vs 2%). « Ces résultats montrent que cette industrie doit adopter l’électrique très rapidement pour se conformer aux objectifs d’émissions », souligne l’analyste.

 

En 2020, le CO2 va dégringoler

Cette année, la donne sera toutefois très différente. Les enjeux sont aujourd’hui financiers et mettent sous pression les constructeurs qui risquent des pénalités importantes s’ils ne respectent pas les objectifs imposés par l’Europe. La nouvelle réglementation CAFE vise 95 g/km en moyenne. Une valeur qui peut varier d’un groupe automobile à l’autre.

Les effets se font déjà ressentir sur le début de l’année. En France, le taux d’émissions de CO2 des voitures neuves a plongé sur les deux premiers mois 2020, 96 g/km en janvier 2020 et 101,5 g/km en février (111,1 g/km sur 2019). De l’autre côté du Rhin, le CO2 est tombé à 151,5 et 149,6 g/km (vs 157 g/km sur 2019). En cause, les ventes d’essence plongent d’environ 20% (52% des ventes), le diesel de -13% (32% du marché). Les électrifiées y explosent, notamment les hybrides rechargeables dont les volumes ont été multipliés par 4.

Publicité