Le plus américain des pick-up japonais, le Toyota Tundra abandonne le V8 et se convertit à l’hybride.

La plupart des constructeurs américains se sont jetés comme des fous dans le segment des pick-up électriques. Mais pas question d’oublier les motorisations hybrides, nécessaires pour assurer une transition en douceur dans un segment assez conservateur. C’est le choix du Ford F-150 Hybrid, mais aussi celui de Toyota avec son nouveau Tundra.

Dans sa déclinaison i-Force Max, le plus américain des pick-up japonais propose un V6 3,5 l biturbo associé à un moteur électrique en sandwich entre le bloc thermique et la boîte automatique à 10 rapports. L’ensemble propose une puissance de 443 ch pour 790 Nm de couple, et est alimenté par une batterie nickel-hydrure d’une capacité inconnue.

L’un des plus costauds au pays de l’Oncle Sam

Plus moderne techniquement et mis à jour sur le plan technologique, le nouveau Tundra abandonne son V8 pour se montrer plus costaud face à ses concurrents américains avec une valeur de couple plus élevée. Exception faite bien entendu des versions sportives comme le Ram TRX ou le F-150 Raptor, qu’il tutoie toutefois de près tout même avec un écart de 91 Nm et 99 Nm respectivement.

Pour le reste, le nouveau Toyota Tundra reprend la recette habituelle dans le segment en jouant les gros bras où les dimensions ne comptent (presque) pas. Il sera disponible en version Double Cab et Crew Max offrant une benne de 1,98 m ou 2,4 m dans le premier cas, ou de 1,67 m ou 1,98 m avec la seconde version. Ce pick-up ne verra pas le jour en Europe par les voies officielles.