BMW a dévoilé aujourd’hui sa première voiture électrique, la i3. Elle marque une nouvelle ère dans l’approche automobile de BMW avec de nombreuses innovations et ruptures technologiques.

BMW avait donné rendez-vous au monde entier aujourd’hui pour présenter son premier modèle de la ligne « i », dédiée à la mobilité électrique. Après des années d’expérimentations (programmes Mini E et Active E lancés dès 2007), BMW a livré la synthèse de ses travaux.



Il faut dire que BMW n’a pas fait les choses à moitié : le constructeur allemand a travaillé sur l’ensemble de la chaîne : de la production de la voiture qui se fait à l’aide d’énergie 100% renouvelable aux applications embarquées qui permettent d’obtenir de l’information sur les infrastructures de recharge en passant par une utilisation intensive du carbone pour la structure de la i3.

Pour démontrer que ce nouveau modèle est stratégique pour la marque et qu’elle s’adresse à tous les marchés, BMW a présenté l’i3 simultanément dans 3 endroits dans le monde : Londres, New-York et Beijin.

Mais parlons un peu plus de la voiture en elle même…

Le design de la BMW i3

Le design extérieur de la BMW i3 est très particulier : on aime ou on n’aime pas. Je suis dans le second camp, mais les goûts et les couleurs ne se discutent pas. L’objectif de BMW était de faire une voiture différente, pour marquer le changement incarné par cette voiture. Et de ce côté-là, au moins, c’est réussi.

Les caractéristiques techniques

Si BMW avait déjà levé le voile sur certaines caractéristiques comme l’autonomie, on a désormais toutes les cartes pour juger l’i3 d’un point de vue technique.

La motorisation électrique de la BM i3 délivre une puissance maximale de 170 ch (soit 125 kW) pour un couple maximal de 250 Nm transmis directement aux roues arrière via une transmission à un rapport. Niveau performances, la BMW i3 réalise le zéro à 100 km/h en 7,2 secondes et met 3,7 secondes pour arriver à 60 km/h.

Un pack batterie de 22kWh vient alimenter la motorisation électrique et permet une autonomie de 130 à 160km selon BMW. Deux modes de conduite ECO PRO et ECO PRO+ permettent de gagner 20 km d’autonomie chacun, ce qui vient pourrait permettre à l’i3 d’approcher les 200 km d’autonomie (à tester !). Notons que la batterie est garantie 8 ans ou 100 000 km pour une capacité minimale de 70%.



Pour ceux qui en voudraient encore plus, une option « prolongateur d’autonomie » est disponible. Il s’agit d’un bicylindre essence d’une cylindrée de 650cm3 délivrant une puissance de 25 kW (34 ch), logé directement à côté du moteur électrique au-dessus de l’essieu arrière. Il joue le rôle de générateur et permet d’atteindre une autonomie de 300km. On imagine également qu’il peut être utile en hivers pour chauffer l’habitacle même si le système de pompe à chaleur embarqué par l’i3 doit être relativement efficace.

La recharge peut être effectuée soit sur une prise domestique traditionnelle, une wallbox ou une borne de recharge rapide. Notons à ce sujet que c’est le connecteur « combo » qui est présent sur la voiture, donc la recharge s’effectue via un cordon avec une prise de type 2 ou de type combo.

Au niveau du poids, les ingénieurs de BMW ont fait fort : l’i3 ne pèse que 1195kg. Pour cela, ils ont utilisé toutes les dernières technologie et notamment au niveau des matériaux. L’utilisateur des matières plastiques renforcées par de la fibre de carbone est l’une des clés de l’allégement de cette voiture électrique.

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur cette voiture et nous y reviendront dans les prochains jours. En attendant, voici la fiche technique complète de la voiture ainsi qu’une sélection de photos :

La fiche technique de la BMW i3