La Normandie veut déployer 15 stations à hydrogène d’ici 2018
Notez cet article

Un plein d'hydrogène de la Mirai dure 3 minutes

A travers le programme EAS-HyMob, la Normandie dans un vaste plan de soutien à la filière hydrogène et ambitionne de déployer 15 stations d’ici 2018.

Réunissant la région, l’équipementier Symbio F-Cell et le groupe Serfim, le projet EAS-HyMob, pour Easy access to hydrogen mobility, est financé par l’Union européenne à hauteur de 8 millions d’euros et vise à faire de la Normandie un territoire de référence dans la mobilité hydrogène.

Objectif 250 véhicules et 15 stations

A échéance 2018, EAS-HyMob ambitionne de constituer un réseau de 15 stations de ravitaillement en hydrogène située le long des principaux axes routiers reliant les grandes agglomérations. Un réseau qui sera synchronisé au déploiement d’une flotte de véhicules hydrogènes dont s’équiperont entreprises et collectivités. A termes, l’objectif des différents partenaires du projet est de parvenir à une flotte de 250 véhicules, soit environ une quinzaine par station pour assurer une rentabilité minimale à l’infrastructure.

Côté technique, le programme se concentre uniquement sur des stations de type 350 bars, moins chères que les stations 700 bars pourtant préconisées par les normes internationales. Résultat : si le Kangoo F-Cell de Symbio F-Cell, un Kangoo électrique équipé d’un prolongateur d’autonomie hydrogène, pourra assurer un plein complet, d’autres véhicules fonctionnant avec des réservoirs à 700 bars, comme la Toyota Mirai, ne pourront se contenter que d’un demi-plein. Estimé à environ 4.8 millions d’euros, le déploiement de ces infrastructures sera réparti entre 12 stations offrant une capacité de distribution de 20 kg/jour et 3 stations dotées d’une capacité de 50 kg/jour.

A ce jour, la Normandie ne compte qu’une seule et unique station hydrogène en activité à Saint-Lo. La prochaine, première du réseau EAS-HyMob, sera inaugurée à Rouen (Place du Boulingrin) dans le courant du 1er trimestre 2017…