Voilà déjà plus d’un an que le site américain Electrek suit à la trace la startup chinoise Xiaopeng Motors en pointant les similitudes entre son projet et les choix technologiques Tesla. Aujourd’hui le SUV électrique asiatique est entré en production pour des livraisons dans la foulée.

30.000 euros

Moins de 30.000 euros, desquels il faudrait encore soustraire les aides à l’acquisition d’une voiture particulière électrique : c’est ce que pourrait coûter en France le Xiaopeng Xpeng G3 dont la chaîne de traction apparaît cependant bien moins performante que celle d’un Tesla Model X. Mais pour ce dernier il faudrait signer un chèque d’un montant minimum frisant les 100.000 euros, soit 3 fois plus, à la louche.

350 km d’autonomie

Quand l’engin américain survolté exploite un moteur électrique au minimum d’une puissance maximale de 244 kW, pour un couple de 525 Nm, le SUV chinois embarque un appareil dont on ne tire pas plus de 145 kW pour un couple de 300 Nm. Avec cela, ce dernier nécessite presque 4 secondes pour atteindre les 50 km/h, quand il faut moins à certaines version du Model X pour avoir déjà dépassé les 100 km/h.

Deux capacités de batteries sont disponibles sur le Xiaopeng Xpeng G3, pour des autonomies NEDC finalement assez proches : 351 et 365 kilomètres. Ce qui est sur le papier déjà intéressant, même en soustrayant 20% de ces valeurs en raison d’une norme trop généreuse et en passe de disparaître. Moins quand on compare avec le Model X : 417 km (75D), 565 km (100D) et 542 km (P100D).

Copié sur Tesla ?

Electrek ne parle pas aujourd’hui de copie, mais d’un SUV inspiré par Tesla. Pourquoi ce rapprochement ? Tout simplement parce que le fondateur de Xiaopeng Motors, Henry Xia, a fondé son entreprise en 2014 alors qu’Elon Musk venait d’annoncer l’ouverture des brevets Tesla pour accélérer le développement de la mobilité électrique. Le jeune ingénieur a d’ailleurs admis être influencé par les productions de Palo Alto.

L’architecture de la batterie de traction est similaire à celle des Model S et Model X, c’est-à-dire que les packs sont composés de cellules lithium-ion 18650.

Le Xpeng G3 a des capacités d’évolution autonome, selon des fonctions développées en interne par Junli Gu, auparavant responsable d’un programme équivalent chez Tesla.

Des similitudes à l’intérieur

A bord du Xpeng G3, nombre d’éléments rappellent les Tesla Model S et/ ou Model X : la grande tablette tactile verticale au milieu du tableau de bord, la forme de la console numérique derrière le volant ainsi que la disposition des informations, le pare-brise panoramique façon Model X avec l’implantation du rétroviseur intérieur.

Chez Automobile Propre, on ne demande qu’à essayer cet engin que l’on ne verra peut-être jamais en nombre sur les routes françaises.

Source : Electrek

Xiaopeng Xpeng G3 : le rival chinois du Tesla Model X entre en production
4.1 (81.18%) 17 vote[s]