Le constructeur d’origine suédoise lèvera le voile sur sa première voiture électrique de série le 16 octobre prochain. En attendant, Volvo compte envoyer au compte-gouttes les informations concernant sa nouvelle version du SUV XC40. Et ça démarre par le volet de la sécurité.

Pas d’infos techniques pour l’instant

Nous aurions aimé vous communiquer la capacité énergétique de la batterie embarquée dans le futur XC40 électrique, l’autonomie espérée après une recharge complète, les moyens de régénérer le pack, la consommation moyenne WLTP, la puissance du moteur, les modes de fonctionnement à disposition du conducteur, etc. 



En bref, toutes ces informations prioritaires et incontournables qui permettent d’évaluer un modèle électrique par rapport à la concurrence disponible sur le marché, mais aussi d’estimer s’il est compatible avec ses propres besoins, demeurent totalement mystérieuses à ce jour.

Devront nous attendre encore presque 3 semaines pour les obtenir et les diffuser ?

Thermique, hybride rechargeable ou électrique

Le XC40 de Volvo s’apprête à rejoindre la liste encore assez courte des modèles qui existent avec une motorisation thermique (ou hybride simple), hybride rechargeable et 100% électrique. Inaugurée par la Volkswagen Golf, elle compte aussi les Hyundai Ioniq et Kia Niro.

A son niveau de finition, et pour sa catégorie et son segment, le SUV suédois va donc faire cavalier seul sur son marché pendant quelque temps en proposant une véritable gamme de transition avec une seule voiture.

 

La sécurité avant tout

Chez Volvo, la sécurité a toujours été une priorité, depuis presque une centaine d’années désormais. Qu’on se souvienne de la série 240 initialement produites avec de gros pare-chocs indestructibles dans lesquels pouvaient mourir les modèles de la concurrence.

Pour son engin 100% électrique, le constructeur a dû revoir profondément sa copie la plus récente. « Indépendamment de ce qui la fait avancer, moteur électrique ou à combustion, une Volvo doit être sûre. Le XC40 tout électrique sera l’une des voitures les plus sûres jamais construites par Volvo », illustre Malin Ekholm, directrice du centre de sécurité de Volvo Cars.

A l’avant, par exemple, l’absence d’un moteur thermique a imposé des renforts en protection de l’habitacle. L’arrière a été également traité pour dévier la force produite ici par une percussion accidentelle, mais aussi rendre inaccessible les éléments électriques de la chaîne de propulsion qui s’y trouvent.



Une cage de sécurité pour la batterie

La batterie a fait l’objet d’une grande attention : les collisions de tous côtés ne devraient pas l’endommager. Isolant les passagers d’un risque d’incendie, un cadre en aluminium extrudé, véritable cage de sécurité, abrite des graves déformations éventuelles de la structure le pack logé sous le plancher.

Les chocs plus ou moins violents seraient ainsi absorbés avant de menacer les accumulateurs, grâce à une zone tampon intégrée autour d’eux.

En outre, comme sur la plupart des voitures électriques, l’emplacement de la batterie abaisse le centre de gravité, diminuant le risque de retournement.

 

Sécurité active

Au sujet de la sécurité active, le XC40 électrique sera le premier modèle de Volvo à bénéficier d’une nouvelle plateforme modulable Adas (Advanced Drivers Assistance Systems) développée par Zenuity (coentreprise détenue par Volvo Cars et Veoneer) et composée d’une série de radars, caméras et capteurs à ultrasons.

A terme, cette architecture servira de base aux futurs véhicules autonomes du groupe.