Un responsable de Nissan prédit que les prix des véhicules électriques et thermiques se croiseront en 2025. Une échéance pas si éloignée qui signera probablement l’arrêt des subventions publiques et le décollage tant attendu des ventes.

Et s’il ne restait plus que 7 ans à attendre avant que les voitures électriques soient proposées au même prix que les modèles essence et diesel ? C’est probable, à en croire le vice-président exécutif de Nissan, Daniele Schillaci. D’après le haut-responsable du constructeur nippon interrogé par le Financial Times, « 2025 sera le point tournant ou le coût d’une voiture électrique et de son équivalent avec un moteur à combustion interne sera le même ».

Publicité


« Ce que nous savons, c’est que la relation entre la densité des batteries et les coûts s’améliore en permanence » à déclaré le cadre. Le vice-président a également dit attendre « à moyen terme », « une révolution technologique sur la batterie ». La nouvelle Nissan Leaf version 60 kWh attendue pour 2019 en fera t-elle l’expérience ?

Le coût total de possession égalisé dès cette année

Le responsable de Nissan n’est pas seul à prédire un rééquilibrage des prix entre véhicules électriques et thermiques. Dans un rapport publié en mai 2017, des analystes d’UBS affirment en effet que le coût total de possession d’une voiture électrique, incluant les recharges et la maintenance sera inférieur à celui d’une voiture à moteur thermique dès cette année en Europe.

Le BEUC (Bureau européen des unions de consommateurs) a également réalisé une étude en 2016 ou il estime à 2024 l’année à laquelle les deux technologies auront un coût similaire.

Retrait progressif des aides publiques à l’achat

L’inflexion des prix permettra aux gouvernements de réduire voire supprimer les aides accordées à l’achat de véhicules électriques. Le marché pourrait alors opérer un tournant historique et décoller de ses propres ailes. Les ventes de voitures « plus propres » sont aujourd’hui presque entièrement dépendantes de subventions publiques. Au Danemark, le retrait d’un avantage financier à l’achat des véhicules électriques avait provoqué en 2016 une chute de 60% des immatriculations, preuve de l’importance de ces incitatifs.

Plusieurs états prévoient de réduire progressivement leurs subventions en fonction de l’évolution du parc automobile. Aux États-Unis, le gouvernement supprimera les aides accordées aux constructeurs dès que la barre des 200.000 voitures électriques vendues aura été atteinte. En 2015, la Chine a réduit de 20% son bonus à l’achat et a déjà établi un calendrier pour poursuivre dans ce sens.

Publicité