Prise de recharge d'une Vauxhall Corsa-e électrique

Que coûtent à l’usage les consommateurs embarqués dans une voiture électrique et son équivalent à essence ? L’Adac a mené l’enquête.

Nombre d’automobilistes savent déjà que les consommateurs électriques, surtout en hiver, peuvent réduire de façon plus ou moins importante l’autonomie des voitures électriques. Mais ils oublient très souvent la surconsommation causée par ces équipements sur les modèles thermiques. Leur alimentation sollicite l’alternateur qui doit aussi maintenir la batterie 12 V à son meilleur niveau. Ce qui n’est possible qu’avec l’aide du bloc thermique qui va devoir fournir la puissance nécessaire.



Pour l’Automobile club allemand, la règle est simple : 100 watts de puissance causent pour 100 km une consommation supplémentaire de 0,1 litre de carburant sur une voiture essence, et de 0,1 kilowattheure d’électricité avec un véhicule électrique.

Le chauffage comme plus gros consommateur

Et à ce jeu, sur une motorisation essence, la surconsommation en carburant due à un chauffage d’une puissance de 2 000 W peut s’élever jusqu’à 2 litres aux 100 km. Soit 2,80 euros (prix moyen au litre de 1,40 euro en France comme en Allemagne fin janvier 2021).

Et sur une voiture électrique ? Au tarif unitaire EDF du kWh en heure pleine (0,1799 euro), 100 kilomètres avec le chauffage en service sur un VE pèse 0,36 euro… et font perdre 15 kilomètres d’autonomie sur un modèle qui consommerait de l’ordre de 13 kWh/100 km.

Tous les équipements chauffants sont d’importants consommateurs

Les voitures, quelle que soit l’énergie qui les alimente, embarquent de plus en plus d’équipements chauffants et/ou dégivrants.

Le pare-brise et la lunette arrière cumulent une puissance de 1 800 W. Pour 100 km parcourus, la consommation de ces éléments coûterait 2,24 euros sur une voiture essence, mais seulement 0,28 euro sur un modèle électrique équivalent.

Pour un siège chauffant (puissance de 100 W), la dépense n’est que de 0,14 euro pour 100 km avec une thermique, et de 0,018 sur un VE. Le volant chauffant (50 W) est 2 fois moins consommateur. Sur une voiture électrique, l’usage simultané d’un siège et du volant chauffants sur 100 km ferait perdre à peine 1,125 km d’autonomie.

Les rétroviseurs dégivrants (40 W) sont encore un peu moins gourmands que le volant chauffant.

Et les autres consommateurs ?

Hors des équipements chauffants, les appareils électriques embarqués dans les voitures particulières sont globalement peu consommateurs.

Le plus énergivore reste la ventilation. En position intermédiaire (puissance 170 W), elle grille cependant à peine plus d’électricité qu’un siège et le volant chauffants. Au même niveau, on trouve la consommation maximale d’une prise allume-cigare.



Les feux de croisement se situent à un niveau inférieur. Quant à la radio et au système GPS, l’Adac confirme que leur influence est négligeable. À eux deux, ils ne feraient perdre que 225 mètres d’autonomie sur 100 kilomètres parcourus avec une voiture électrique.

Puis. en W Conso ess. sur 100 km Coût/100 km sur une essence Coût/100 km sur un véhicule électrique
Chauffage 2 000 2 l 2,80 € 0,36 €
Lunette arrière 800 0,8 l 1,12 € 0,14 €
Ventilation 170 0,17 l 0,24 € 0,03 €
Feux de croisement 125 0,125 l 0,18 € 0,02 €
Antibrouillards av 110 0,11 l 0,15 € 0,02 €
Siège chauffant 100 0,1 l 0,14 € 0,02 €
Prise USB 100 0,1 l 0,14 € 0,02 €
Volant chauffant 50 0,05 l 0,07 € 0,01 €
Rétros dégivrants 40 0,04 l 0,06 € 0,01 €
Allume-cigares 180 0,18 l 0,06 € 0,03 €
Feux arrière avec antibrouillards 35 0,035 l 0,05 € 0,01 €
Radio 20 0,02 l 0,03 € 0,00 €
GPS 10 0,01 l 0,01 € 0,00 €

N.B. : Pour le chauffage et les prises (USB, allume-cigares), les valeurs indiquées sont des maximales

Avis de l'auteur

Ce travail de l’Adac permet déjà de rappeler que l’usage des consommateurs électriques sur une voiture essence ou diesel n’est pas gratuit, loin de là. Alors qu’il semble ne pas influer sur l’autonomie, il est même beaucoup plus coûteux que sur une voiture électrique.

Autre intérêt des calculs de l’Automobile club allemand : déduire la baisse théorique d’autonomie sur un véhicule électrique, en fonction des équipements en service.

Si la plupart des appareils ont une consommation instantanée linéaire, ce n’est pas le cas du chauffage. En outre, l’efficience de ce dernier dépend de la technologie employée. Une pompe à chaleur sera beaucoup moins gourmande qu’une résistance.

Il est peu probable aujourd’hui d’observer une consommation linéaire maximale sur une heure dans une voiture électrique pour le chauffage. Dans un modèle thermique, les calories récupérées du circuit de refroidissement sont le plus souvent l’unique source d’apport de chaleur à bord. Ceci posé, les chiffres communiqués par l’Adac apparaissent un peu curieux pour cet équipement en particulier.

Quoi qu’il en soit, l’organisme allemand préconise, afin de réaliser des économies en hiver, de ne pas abuser des consommateurs électriques. Plus particulièrement sur les modèles diesel ou essence. Et ce, sans sacrifier pour autant la sécurité.