Selon le député LaRem Damien Pichereau, la légalisation des opérations de rétrofit en France n’est plus qu’une question de semaine.

« On va y arriver ! ». Intervenant lors d’une table-ronde organisée ce mercredi 4 décembre dans le cadre de l’événement Seat Smart City à Paris, le Député Damien Pichereau s’est montré confiant quant à la légalisation en France des opérations de rétrofit qui permettront de convertir n’importe quelle voiture à l’électrique. « D’ici février, ce sera quelque chose qui va être possible » a-t-il indiqué, précisant que seuls seront concernés les véhicules de plus de 5 ans. « Pour des questions de protection de nos constructeurs et de garantie » a-t-il justifié.

Député de la Sarthe, Damien Pichereau a précisé les avancées liées à la législation du rétrofit lors d’événement Seat Smart City organisé ce mercredi 4 décembre à Paris.

Une annonce qui fait écho aux récentes déclarations de l’AIRE, une association qui regroupe les acteurs du retrofit et œuvre pour la légalisation du marché. Dans une publication publiée sur son profil Linkedin, celle-ci confirme les avancées en cours, indiquant que les scooters et motos de plus de trois ans seraient également concernés. Rédigé par le gouvernement, le projet d’arrêté a été transmis aux autorités européennes le 12 novembre dernier pour validation. Celles-ci ont jusqu’au 13 février 2020 pour y répondre fait savoir l’association.

Publicité


Un business model à préciser

Si la définition d’un cadre légal pour la conversion des véhicules favorisera l’émergence de nouveaux acteurs et de nouveaux métiers, beaucoup de questions se posent quant à l’équation économique du système à l’aube d’un lancement massif de voitures électriques chez les grands constructeurs.

« Toute la problématique, c’est le modèle économique. En matière de batteries, nous sommes sur des volumes qui sont beaucoup trop faibles pour faire de l’économie d’échelle. Aujourd’hui, le coût de la batterie fait que le coût du rétrofit est encore important » a rappelé Damien Pichereau.  

La baisse du bonus confirmée

Au-delà de la question du retrofit, le Député de la Sarthe a également confirmé les chiffres communiqués par le Parisien quant à la baisse du bonus écologique pour 2020.

Si l’aide de 6000 euros sera maintenue pour toutes les voitures électriques dont le prix est inférieur à 45.000 €, elle sera réduite à 3000 € pour les modèles dont le prix oscillent entre 45.000 et 60.000 € et porté à zéro au-delà.

Publicité