Uber connaît une histoire à rebondissements avec la ville de Londres. Alors que ses 40.000 chauffeurs avaient été menacés, il y a un peu plus d’un an, par la régie des transports en commun Transport for London, de ne plus pouvoir exercer dans les rues de la « City », les projets d’envergure reprennent sur le territoire.

Plan « Air pur »

A travers un plan « Air pur » en phase avec la volonté du maire de faire de Londres un lieu de vie plus sain, et révélé il y a quelques jours par Dara Khosrowshahi, PDG d’Uber, les chauffeurs affiliés vont être incités à passer à la voiture électrique. Ils vont recevoir une aide financière qui sera constituée par une légère hausse des tarifs.

Surtaxe

Dès le début 2019, un surcoût de 15 pence (0,17 euro) sera perçu au mile (1,6 km) « pour chaque voyage réservé via l’application Uber à Londres », soit 45 pence (0,51 euro) pour une course moyenne que l’entreprise évalue à environ 3 miles (4,8 km). Autre estimation d’Uber, l’enveloppe ainsi constituée : 200 millions de livres (226 millions d’euros) « pour aider les conducteurs à passer aux véhicules électriques au cours des prochaines années ».

100% VE en 2025

Le montant de l’aide proposée individuellement aux chauffeurs concernés, censée couvrir le surcoût à l’achat d’un véhicule électrique, dépendra du nombre de miles parcourus (ou temps passé au transport) et reconnus par l’application Uber. Pour 40 heures par semaine, l’enveloppe s’élèverait à environ 3.000 livres (3.392 euros) dans deux ans, ou à 4.500 livres (5.089 euros) dans trois ans. En 2025, tous les chauffeurs londoniens d’Uber devront rouler en voiture électrique. Un palier fixe pour 2021 le nombre de conversions à 20.000, soit la moitié des conducteurs affiliés sur le territoire

Prime aux Londoniens

Uber espère être soutenu dans son action par les constructeurs, et projette également d’attribuer début 2019 une prime, – jusqu’à 1.500 livres (1.696 euros) de crédit à dépenser pour des trajets Uber ou uberPool -, aux 1.000 premiers Londoniens qui feront détruire un véhicule diesel d’avant la norme Euro 4.

Recharge

En outre l’entreprise espère aussi faciliter la recharge des véhicules électriques de ses chauffeurs. Déjà à travers des partenariats noués avec d’importants fournisseurs (BP ChargeMaster, EO Charging, EVBox, Franklin Energy, NewMotion, Pod Point et Swarco EVolt), outre-Manche, de wallbox à installer à leur domicile avec un coût préférentiel. Egalement en s’associant à ChargePoint, afin d’aider au développement de stations de recharge rapide à Londres.

Uber Londres : Des voitures électriques pour tous les chauffeurs en 2025
4.8 (96%) 5 votes