Nouveau venu sur le marché du véhicule électrique, Proviridis propose via son réseau V-Gas des bornes à recharge rapide. Nous avons pu tester l’une d’elles à Puget-sur-Argens, dans le département du Var.

Opérateur de stations multiénergies jusqu’ici essentiellement concentré sur les stations GNV à travers un réseau baptisé V-Gas, Proviridis étend peu à peu son activité à d’autres énergies. Outre ses ambitions dans le domaine de l’hydrogène, l’entreprise basée à Rousset, dans les Bouches-du-Rhône, est aussi de plus en plus présente sur le secteur de l’électromobilité et intègre désormais des bornes rapides sur chaque nouvelle implantation.

Pour tester l’infrastructure de V-Gas, nous prenons la direction de Puget-sur-Argens, dans le département du Var, où l’opérateur a installé l’une de ses premières bornes à charge rapide. En premier lieu, la station sert au ravitaillement des véhicules fonctionnant au gaz naturel, mais Proviridis a choisi de profiter du foncier disponible pour y ajouter une borne à destination des véhicules électriques. Implantée dans une zone industrielle, à quelques minutes d’une sortie d’autoroute, la station est plutôt facile d’accès.

Multistandards et fournie par le fabricant taiwanais Delta Electronics, la borne comprend trois connecteurs. En combo, les deux premiers délivrent respectivement 100 et 150 kW tandis que le troisième, en CHAdeMO, se limite à 60 kW de puissance.

Points positifs : les instructions pour démarrer et arrêter la charge sont assez claires pour les néophytes. Un numéro d’astreinte est aussi clairement identifié en cas de problème sans toutefois être disponible 24 h/24.

En matière d’accessibilité, l’opérateur ne dispose pas de son propre badge. Il faut passer par un opérateur de mobilité parmi lesquels figurent Freshmile, Chargemap ou New Motion. Au moment de notre test, le paiement à l’acte n’était pas proposé. Les équipes de Proviridis nous ont toutefois confirmé qu’une solution serait prochainement proposée pour payer la charge en carte bancaire via l’application V-Gas.

Premier test

Après un premier essai infructueux avec le Kiwhi Pass fourni par Kia, nous nous rabattons sur le Chargemap Pass qui est reconnu par la borne. La charge rapide sur notre Niro électrique étant limitée à 77 kW, nous choisissons le connecteur bleu (100 kW). Après avoir branché la voiture à la borne et patienté de longues secondes, cette première tentative se solde par un échec et un message indiquant un « problème de contrôle du véhicule ». Cela commence bien !

On renouvelle la tentative, cette fois avec le connecteur jaune (150 kW). Après un nouveau temps d’attente, ce deuxième essai se révèle concluant et la charge se déclenche. Reste maintenant à attendre que notre voiture fasse son plein d’électrons. L’attente est un peu longue. Perdue au milieu d’une zone industrielle, cette borne n’offre aucune commodité à proximité, qu’il s’agisse de toilettes où d’un lieu où prendre un café.

Au niveau de la borne, les indications sont plutôt complètes puisque l’écran permet à la fois de suivre le niveau de la batterie, la quantité d’énergie délivrée et la puissance instantanée délivrée. Sur notre e-Niro, celle-ci n’a d’ailleurs jamais excédé les 55 kW. Sans doute car le niveau initial de notre batterie (33 %) était trop élevé pour espérer bénéficier du débit maximal.

Sur 38 minutes de recharge, nous avons pu récupérer 29,137 kWh ce qui correspond à une puissance moyenne de 45 kW. Côté véhicule, notre jauge d’énergie est passée de 33 à 72 %.

Sur l’écran de la borne, les indications sont assez complètes.

Des tarifs raisonnables

En matière de tarifs, Proviridis a choisi une tarification au kWh bien moins chère que celle pratiquée par le consortium Ionity.

Sur l’application Chargemap, où il faut compter des frais d’itinérance, le service est facturé 0,462 €/kWh. Le coût total de cet arrêt recharge a été de 13,86 € TTC.

Durée de la charge

38 minutes

Energie consommée

29,137 kWh

Montant facturé

13,86 € TTC

Un nouveau réseau pour de nouvelles ambitions

En dehors de Puget-sur-Argens où nous avons réalisé ce premier test, Proviridis propose aussi des bornes de recharge rapide à Saint-Martin-de-Crau et à Plan d’Orgon, dans le département des Bouches-du-Rhône. L’opérateur prévoit de déployer plusieurs dizaines de stations multiénergies à travers la France. Chacune d’elle sera équipée d’une ou plusieurs bornes de recharge. Pour mieux marquer les spécificités de son réseau de charge, celui-ci va changer de nom pour devenir ZEN : Zero Emission Network. Le site internet est déjà opérationnel avec une cartographie qui annonce l’arrivée d’une quinzaine de stations supplémentaires dans l’Hexagone.

Une ambition qui va bien au-delà de l’équipement des stations multiénergies puisque l’idée de Proviridis est aussi de se positionner en tant qu’installateur et exploitant de solutions de charge ouvertes au public, qu’il s’agisse de restaurants, d’hôtels ou de centres commerciaux.

Le nombre de bornes rapides exploitées par Proviridis devrait rapidement augmenter. Sur le site du réseau ZEN, l’opérateur identifie (en orange) une quinzaine de nouvelles installations à venir.


On a aimé
  • Les instructions de mise en route pour les néophytes
  • L’identification claire du numéro d’astreinte en cas de problème
  • L’accès facile depuis la sortie d’autoroute
  • Les informations communiquées sur la borne durant la charge : puissance instantanée, énergie délivrée, etc.
  • Le tarif raisonnable avec une facturation au kWh


On a moins aimé
  • L’absence de commodités autour de la borne : toilettes, café
  • Le temps d’attente assez long pour l’identification
  • L’absence de toit. En cas d’intempérie, c’est la douche assurée
  • L’absence de paiement à l’acte
  • Pas d’assistance 24 h/24