Essai Ford Mach-E acte 2 ! Après un premier test réalisé en tout début d’année, Automobile Propre reprend le volant de la Mustang électrique pour un essai vidéo en deux parties.

Une Mustang typée SUV

Malgré son appellation Mustang, ce Mach-E n’est pas une berline mais un SUV compact. Affichant des dimensions proches de celles du Tesla Model Y, le modèle de Ford s’étend sur 4,71 m en longueur, 1,88 m en largeur et 1,60 m en hauteur.



Ford Mach E Tesla Model Y
Longueur 4 712 mm 4 775 mm
Largeur 1 881 mm 1 850 mm
Hauteur 1 597 mm 1 600 mm

Configuré en quatre roues motrices, notre modèle d’essai est équipé du plus gros des deux packs batteries proposés par le constructeur. Celui-ci cumule 99 kWh de capacité énergétique, dont 88 utiles, et vient alimenter deux moteurs intégrés à chaque essieu. Au cumul, ce gros bébé de 2,2 tonnes totalise 351 chevaux de puissance pour 580 Nm de couple.

Profond mais pas très haut, le coffre totalise 400 litres de capacité. Au final, il n’est pas immense, mais reste fonctionnel avec un double fond pour ranger les câbles et une banquette rabattable en deux parties. Comme sur les voitures électriques de Tesla, le Ford Mach-E intègre un second coffre à l’avant. D’une capacité de 81 litres, il est étanche et dispose d’une vis de purge. Plutôt pratique si on a besoin de transporter des affaires sales.

 

Au niveau des places arrière, l’espace offert par ce Mach-E est généreux. Les genoux ne touchent pas les sièges de devant tandis que l’absence de tunnel central permet de s’installer à trois sans problème.

À l’avant, nous sommes plutôt bien installés. Les sièges sont réglables électriquement tandis que le volant peut être réglé en hauteur et en profondeur.

Contrairement au Model Y, qui confie l’intégralité des fonctionnalités à son large écran central, Ford a choisi de conserver le classique écran d’instrumentation derrière le volant. Les indications sont à la fois claires et lisibles. Installé en position verticale, le grand écran central est impressionnant. Tactile, il intègre dans sa partie basse une molette permettant de régler le volume et de naviguer plus facilement entre les différents menus.

En matière de connectivité, le Mach-E intègre une fonctionnalité de mises à jour à distance. Il peut aussi être associé à une application pour smartphone qui permet de surveiller sa charge ou de déverrouiller la voiture à distance. Une application qui permet aussi de régler le chauffage ou la climatisation avant de démarrer, mais aussi de programmer sa charge. Utile pour privilégier les heures où l’énergie est la moins chère.

Côté recharge, cette Ford Mach-E reste dans la norme. Tolérant jusqu’à 11 kW de puissance, le chargeur embarqué permet de récupérer 200 km d’autonomie en quatre heures environ sous réserve de bénéficier de la wallbox adaptée.

En courant continu (DC), la voiture électrique de Ford intègre un connecteur Combo. Capable d’encaisser jusqu’à 150 kW sur une borne rapide, celui-ci permet de faire le plein à 80 % en 35 à 45 minutes environ.

Au volant de la Mustang électrique



Comme à l’accoutumée, nous commençons notre essai par un trajet urbain. Pour optimiser l’autonomie, la Mach-E propose trois types de régénération dont l’un permet ralentir la voiture jusqu’à l’arrêt. À faible allure, le SUV américain a tendance à rebondir légèrement. Il faut dire que notre modèle d’essai n’est pas équipé des suspensions pilotées.

Avec 11,8 m de rayon de braquage, la Mach-E reste assez encombrante. Heureusement, de nombreuses fonctionnalités facilitent le quotidien. Au niveau du stationnement, l’utilisateur bénéficie d’une vision à 360 et peut facilement passer d’une caméra à l’autre en appuyant simplement sur l’écran central pour changer d’angle de vue. En plus de cela, la Mach-E dispose d’un mode de stationnement autonome. Un système efficace qui reste moins rapide qu’un conducteur « humain ».

De belles sensations

Si le bruit de faux V8 du mode sport prête à sourire, l’efficacité de cette Mach-E est bluffante sur les petites routes. L’ensemble paraît très bien équilibré malgré les 2,2 tonnes de l’engin. Comme sur une Porsche, la suspension a besoin d’être au-delà de 80-90 km/h pour travailler efficacement.

Sur autoroute, les équipements de la Mustang électrique sont généreux. Associés, le régulateur de vitesse actif et la lecture des panneaux de signalisation permettent au véhicule d’adapter automatiquement sa vitesse. S’y ajoute également un dispositif d’aide au maintien dans la voie. De manière générale, l’ensemble est très bien insonorisé avec peu de bruits d’air et de roulements. Un point fort pour les longs trajets !

En matière de consommation, notre moyenne s’élève à 23 kWh/100 km sur l’intégralité de notre essai. Sachant que la batterie affiche 88 kWh de capacité utile, on peut tabler sur une autonomie réelle de 400 à 450 km d’autonomie selon le type de conduite.

À partir de 48 990 €

Au niveau des tarifs, la version haut de gamme de notre modèle d’essai s’affiche à près de 70 000 euros avec ses options. Un tarif finalement équivalent à celui du Model Y Performance.

Dans sa version de base, configurée en propulsion et avec une batterie de 76 kWh, la Mach-E est beaucoup plus abordable. Elle commence dès 48 990 €. Un tarif qui lui donne accès à un bonus de 3 000 €.