Propriétaire d’une Tesla Model 3 SR+ fabriquée au sein de la Gigafactory de Shanghai, Jérôme dresse un premier bilan après plus de 10 000 km parcourus.  

Au départ réservées au seul marché chinois, les Tesla Model 3 assemblées au sein de la gigafactory de Shanghai sont pour la première fois apparues en Europe en 2020. Habitant en région parisienne, Jérôme a été l’un des premiers propriétaires français à recevoir le modèle.

« Je l’ai commandée sur stock et l’ai reçue mi-décembre 2020. Depuis, j’ai parcouru un peu plus de 10 000 km », nous raconte Jérôme qui possédait auparavant une autre Model 3 SR+, un modèle américain issu de l’usine historique de Tesla à Fremont, en Californie. « J’ai reçu ma première Model 3 en septembre 2019. Je l’ai gardée 14 mois et ai parcouru 25 000 km. Je voulais partir sur un nouveau modèle pour passer sur un hardware 3.0. Au départ, je voulais partir sur une version Long Range (grande autonomie NDLR) avant de voir qu’une première vague de modèles chinois arrivait sur le marché français ».

Résidant en région parisienne, Jérôme est propriétaire depuis fin 2020 d’une Tesla Model 3 SR+ issue de la Gigafactory de Shanghai.

LFP vs NMC : des technologies batteries différentes

La grosse différence entre la version américaine et chinoise de la Model 3 se joue au niveau de la batterie. Alors que les versions chinoises reposent sur une technologie lithium fer phosphate (LFP) issue du chinois CATL, les versions américaines font appel à des cellules Nickel Manganese Cobalt (NMC) fournies par Panasonic, partenaire historique du groupe californien.

« Quand le modèle est arrivé, il y a eu des soucis sur les batteries. Après qu’il y a eu des mises à jour réalisées par Tesla », raconte notre interlocuteur. « Pour moi, la voiture consomme plus en hiver. Après il n’y a pas de souci dès que les beaux jours arrivent. En consommation sur du mixte – nationales et autoroutes – j’arrive en été à 13-14 kWh/100 km » chiffre-t-il.

Une batterie moins sensible à la dégradation

Pour mieux comparer les performances de sa Model 3 chinoise avec celles de son ancienne version américaine, Jérôme suit les principales données des deux véhicules sur un fichier Excel qu’il met régulièrement à jour. Des informations qu’il récolte via l’application Scan my Tesla.

« La principale qualité du modèle chinois, c’est que la batterie se dégrade moins qu’un modèle américain équipé de batteries Panasonic », constate-t-il. « Avec l’application Scan my Tesla, je détecte 55,5 kWh de capacité avec le buffer (la réserve) sur la version chinoise. Sur la version américaine, j’arrivais à 47 kWh avec la dégradation contre 52,4 kWh à l’origine avec le buffer. Cela équivaut à une perte de 6 à 8 % ».

Sur les superchargeurs, la Model 3 chinoise tire également son épingle du jeu. « Sur la fin de charge, de 80 à 100 %, le modèle chinois recharge beaucoup plus vite que le modèle américain », juge Jérôme.

Un moteur plus puissant

Autre différence constatée entre les deux versions : le moteur, plus puissant sur la version issue de l’usine de Shanghai. « J’ai fait des tests avec Scan My Tesla et on arrive en crête à 325 chevaux », constate Jérôme. Une différence qui permet de compenser les quelque 130 kg de surpoids de la version chinoise.

Poids
Model 3 Chine 1 745 kg
Model 3 USA 1 614 kg

Une version mieux finie

« Il y a des différences de qualité. Les ajustements de la voiture sont meilleurs sur le modèle chinois », estime Jérôme qui cite notamment les alignements de carrosserie, mais aussi l’insonorisation au niveau de la vitre conducteur. Un constat qui n’est pas si étonnant. Beaucoup plus récente que le site historique de Fremont, l’usine de Shanghai a pu bénéficier des derniers outils de production mis en place par la marque.

En attendant la mise en route du site de Berlin, prévue en fin d’année, Tesla continu d’alimenter une partie du marché européen avec des Model 3 chinoises. Également concerné, le Model Y « made in China » entamera ses livraisons dans l’Hexagone à la fin du mois d’août. Pour savoir d’où provient votre Tesla, il faut regarder le numéro VIN. Celui-ci apparaît sur la carte grise, mais aussi sur votre compte Tesla une fois passée la commande. Si le numéro VIN commence par les lettres « LRW », cela signifie que le modèle provient de Chine. S’il débute par « 5YJ », cela veut dire qu’il vient des États-Unis.