Grâce au rétrofit, les bornes Autolib de Versailles montent en puissance

A Versailles, la PME Electric 55 Charging vient réaliser ses premiers rétrofit sur les bornes de l’ex-réseau Autolib’. Une solution à moindre coût qui permet à la fois d’augmenter la puissance maximale et d’intégrer au dispositif de supervision au point de charge. Comment sortir du désastre Autolib’ ? Rompu avec fracas en en juin 2018, le contrat qui liait le groupe Bolloré au syndicat mixte Autolib’ a laissé plusieurs milliers de bornes de recharge inopérantes. Une situation intenable pour les centaines d’électromobilistes installés en région francilienne qui n’ont eu d’autre choix que de patienter jusqu’en décembre, date à laquelle Paris a finalement été réactivée un millier de bornes. Un réseau partiellement remis en route mais réduit à son strict minimum, le service n'intégrant aucun système de supervision, faute d’entente entre la municipalité et IER, la filiale de Bolloré en charge du déploiement des bornes. Depuis, la situation patauge. Alors que certains grands groupes préconisent de changer l’intégralité des bornes, Electric 55 Charging milite pour une toute autre approche : celle du retrofit. En d’autres termes, reprendre la base des actuelles bornes Autolib’ pour les rendre plus adaptées aux normes et aux véhicules électriques d’aujourd’hui. Pour Electric 55 Charging (ex-Plus de Bornes), un remplacement impliquerait des investissements colossaux et provoquerait la mise au rebut de quelque 700 tonnes d’acier. Un gaspillage d’autant plus inutile que le matériel installé par Bolloré a prouvé sa robustesse dans une région où le mobilier urbain peut être mis à rude épreuve. Une démarche que nous explique Quentin Ducreux…

A Versailles, la PME Electric 55 Charging vient réaliser ses premiers rétrofit sur les bornes de l’ex-réseau Autolib’. Une solution à moindre coût qui permet à la fois d’augmenter la puissance maximale et d’intégrer au dispositif de supervision au point de charge.

Comment sortir du désastre Autolib’ ? Rompu avec fracas en en juin 2018, le contrat qui liait le groupe Bolloré au syndicat mixte Autolib’ a laissé plusieurs milliers de bornes de recharge inopérantes. Une situation intenable pour les centaines d’électromobilistes installés en région francilienne qui n’ont eu d’autre choix que de patienter jusqu’en décembre, date à laquelle Paris a finalement été réactivée un millier de bornes. Un réseau partiellement remis en route mais réduit à son strict minimum, le service n’intégrant aucun système de supervision, faute d’entente entre la municipalité et IER, la filiale de Bolloré en charge du déploiement des bornes. Depuis, la situation patauge. Alors que certains grands groupes préconisent de changer l’intégralité des bornes, Electric 55 Charging milite pour une toute autre approche : celle du retrofit. En d’autres termes, reprendre la base des actuelles bornes Autolib’ pour les rendre plus adaptées aux normes et aux véhicules électriques d’aujourd’hui.

Pour Electric 55 Charging (ex-Plus de Bornes), un remplacement impliquerait des investissements colossaux et provoquerait la mise au rebut de quelque 700 tonnes d’acier. Un gaspillage d’autant plus inutile que le matériel installé par Bolloré a prouvé sa robustesse dans une région où le mobilier urbain peut être mis à rude épreuve. Une démarche que nous explique Quentin Ducreux Lerebours, Directeur d’exploitation de la PME.

De 3,7 à 22 kW de puissance

« On a fait un kit qui permet de passer en Type 2, d’intégrer la supervision et d’augmenter la vitesse de charge jusqu’à 22 kW avec de petits travaux de raccordement. Nous sommes en train d’industrialiser cela pour avoir quelque chose de clé en main » résume notre interviewé qui assure que son kit peut être posé en une heure, une fois obtenue l’ensemble des autorisations administratives.

  Bornes Autolib non rétrofitée Borne Autolib’ avec retrofit Electric 55 Charging
Puissance max 3,7 kW 22 kW
Type de prise Type 3 Type 2
Supervision Non Oui

Sans frais pour les collectivités

« Le deal, c’est que nous assurons le rétrofit et nous rémunérons sur la recharge » résume Quentin Ducreux Lerebours. Hormis les quelques travaux de raccordement ou d’augmentation de puissance qu’elles peuvent prendre à leur charge, les collectivités n’ont donc pas à débourser un centime.

Administrativement, le « contrat » qui lie la collectivité à Electric 55 Charging passe par un « marché d’innovation ». Nouvellement lancée, la procédure permet de ne pas avoir à passer par le traditionnel mécanisme des appels d’offres et simplifie les démarches pour les projets innovants dont le montant est inférieur à 100.000 euros.

Une opération d’autant plus intéressante pour la collectivité qu’elle permet de s’affranchir d’un autre point particulièrement bloquant : celui de la Délégation de Service Public (DSP) qui continue de lier le syndicat Autolib’ et le groupe Bolloré et qui impose aux collectivités désireuses de retirer une borne de payer sa valeur résiduelle, chiffrée entre 8000 et 10.000 € selon notre interlocuteur. Une clause qui ne s’applique pas en cas de rétrofit.

12 bornes à Versailles

Première collectivité francilienne à avoir choisi la solution de Electric 55 Charging, Versailles a rétrofité douze anciennes bornes Autolib’, faisant grimper leur puissance à 7 kW. « Certaines ont même été déplacées pour mieux coller aux besoins identifiés par la collectivité » précise Quentin Ducreux Lerebours.

A Versailles, le contrat a été conclu pour une durée de 18 mois. Une façon de tester le dispositif et de valider son bon fonctionnement. Chose importante : le retrofit reste une opération réversible. Si une collectivité décide d’abandonner son contrat, Electric 55 Charging assure pouvoir ramener la borne à son état d’origine.

400 à 500 bornes d’ici fin 2019

Pour Electric 55 Charging, ce premier déploiement à Versailles va servir de véritable démonstrateur vis-à-vis des autres collectivités intéressées par le dispositif. « On a des villes qui sont en train d’arriver. Pour fin 2019, on espère avoir signé pour 400 à 500 bornes » chiffre notre interviewé.

Si l’ensemble du territoire francilien est visé, la situation s’annonce plus compliquée à Paris. Il y a quelques semaines, la ville a lancé un appel d’offres pour le renouvellement de quelque 3000 bornes sur un modèle concessif de 15 ans qui reste ambigu sur la question du rétrofit. Un dossier brûlant qui pourrait ne jamais arriver à son terme. Avec la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM), Paris pourrait perdre la compétence de la gestion des infrastructures de charge. Celle-ci serait alors confiée à la Métropole du Grand Paris qui a également lancé son propre appel à initiatives privées auprès des opérateurs… Une affaire loin d’être simple et qui risque de ne pas simplifier l’adoption du véhicule électrique dans la capitale.

4.9
23
Michaël TORREGROSSA

Passionné de technologies et d’innovations, Michaël s'intéresse aux véhicules électriques et hybrides depuis de nombreuses années. Aujourd’hui, il élargit son spectre à l’ensemble des énergies alternatives (GNV, GPL, hydrogène, éthanol etc…) et à tous les enjeux liés à la mobilité.

Lire les commentaires

  • " Paris a finalement été réactivée un millier de bornes"
    Qu'est-ce que ça veut dire ?
    Pourquoi faire compliqué ?

    => Paris a finalement réactivé un millier de bornes.

  • Du retrofit a 22 kw c’est bien mais pas assez .
    J’aurais préférer du 50 kw comme chez Auchan.
    La s’aurait eu de la gueule !

    • Je pense qu'en centre ville, la puissance la mieux adaptée est du 7kW, puissance qui est presente sur beaucoup de vehicules. Il faut mieux 3 bornes en 7kW, qu'une seule en 22kW. Pour ceux qui souhaitent charger a cette puissance, il existe les bornes Belib, ou des bornes en proche banlieue !

      • Beaucoup sont équipé de prise 50kw , cela diminuerait le temps de charge donc l’emplacement serait libéré plus vite pour les autres.

  • Etonnant, venant régulièrement de Belgique en Zoé, de constater à quel point la divergence se creuse entre les discours et les actes.
    Attristant de voir la disparition graduelle des bornes de recharge, surtout à Paris et sur l'A1-A2 où, progressivement, le manque de maintenance ou la mise hors service pure et simple mettent les utilisateurs en difficulté (réseau IZIVIA).
    Curieux de constater, que, dans l'ombre, certaines régions, dont l'Oise, construisent un réseau, en 22 KW et gratuit, alors que de grandes agglomérations, comme Paris, mais également Liège, Charleroi ou Namur, soit font payer cher les quelques bornes existantes, soit sont complètement dépourvues de TOUTE infrastructure accessible à tous, hormis parkings privés.
    Bizarre de constater que le moindre village en Flandres dispose de ses bornes de charge publiques mais payantes, abordables et entretenues, à l'instar de la Hollande, alors que TOUT le réseau des bornes wallonnes de ORES, l'équivalent de GDF est HS, faute d'entretien, et que même les bornes inaugurées dans les stations TOTAL sur les autoroutes belges francophones sont régulièrement inaccessibles.
    Résultat des élections européennes : 15 % en France et en Wallonie, 5 % en Flandres et Hollande.
    Faites ce que je dis, pas ce que je fais ?

    • le réseau des bornes wallonnes de ORES, l’équivalent de GDF est HS, faute d’entretien, je ne savais pas IVIZIA avait fait des émules. serai-ce lié à la langue française ?

  • Dans un premier temps je me suis dit voila une bonne idée, plutôt simple et peu couteuse à mettre en place, puis avec un peu de réflexion je me dis que ça ferait des milliers de bornes à "seulement" 22kw, ça peu paraitre bien dans l'immédiat mais je suis sûr que ça empêcherait nos politiques de proximité d'installer de vrai bornes dites rapide ( entre 50-150kw ) .

    • Pour des bornes de stationnement en région parisienne ça n'a pas forcément de sens de faire dans le rapide. Pour de la recharge de nuit ou de la recharge le temps des courses/coiffeur/séance de sport/etc. 22kW c'est largement suffisant. Avantage ça ne doit pas nécessiter les lignes/transformateurs habituellement associés à la recharge rapide.

    • C'est effectivement une occasion de + pour le territoire Français, de continuer dans ses spécificités "franchouilllardes" avec les bornes "Zoé" (AC 22 kW), au lieu de privilégier la vraie charge rapide pour laquelle tous les VE qui sortent , ou presque... (cherchez l'erreur???), à savoir du 100 kW (Coréennes, ID3, 208, Corsa etc), sans parler des Tesla ou autres Taycan ou e-Tron qui elles acceptent plus encore.
      Résultat, les constructeurs de VEcontinueront à privilégier encore plus les pays du Nord de l'Europe, ceux qui installent des superchargeurs en grappes avec du ccs 150 ou 350 kW (Ionity, Fastned etc...), au détriment de la France et de sa Zoé avec Chargeur CCS 50 kW...en option (chez nous) !!!!

  • Est-ce qu'à la place de rétrofit, on ne peux pas utiliser amélioration, mise à niveau, rénovation, modernisation, etc. ?
    OK pour les anglicismes pratiques parfois.
    OK le français est une langue vivante et je n'ai pas de soucis avec l'apparition de nouveaux mots.
    Je bosse dans le marketing, j'abuse même moi-même d'anglicismes bien pompeux.

    Mais rajouter un accent à un mot anglais quand on peut trouver plusieurs synonymes en quelques secondes, j'ai un peu plus de mal.
    OK je sais que c'est un mot très tendance dans la conversion (oh un mot pratique...) des VT vers VE, mais là, franchement, les bornes n'ont rien subit d'autre qu'une amélioration, vraiment. Ce que retrofit veut pratiquement dire en anglais...

    • Quand tu dis que tu bosses dans le marketing, je suppose que tu veux dire que tu travailles dans le domaine des études de marché, n'est-ce pas ?
      :)

      • Non, dans le domaine de la mercatique :) Je ne fais pas d'études de marché.
        Mais bon, faut que j'aille vérifier mon planning, j'ai plein de dead lines prévues et les clients ne vont pas attendre leurs MVP longtemps.

  • "Paris a finalement été réactivée un millier de bornes." => "Paris a finalement été réactiver un millier de bornes."

    • Petite coquille de syntaxe, ça arrive… Comme quoi les correcteurs automatiques et autres systèmes d'intelligence artificielle nous font faire d'autres types d'erreurs et font baisser notre vigilance humaine. Faut toujours se relire plusieurs fois et pas uniquement se fier à ce que voit le correcteur automatique.

Partager
Publié par
Michaël TORREGROSSA

Articles récents

Voiture électrique : un bonus réduit en 2020 ?

Relativement épargné depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, le bonus accordé aux voitures électriques pourrait être revu à la…

20 octobre 2019 11:40

Peugeot e-208 vs e-2008 : duel citadine-SUV électrique

La seconde génération de la citadine Peugeot 208 s’est convertie à l’électrique, tout comme son dérivé SUV 2008. Automobile-Propre vous…

19 octobre 2019 06:51

Une Renault Twingo électrique en 2020

La Twingo sera électrique dès l'année prochaine selon les déclarations d'un cadre de Renault au média britannique Autocar.

18 octobre 2019 17:54

Ford Kuga hybride rechargeable : prix et équipements en détails

Décliné en cinq niveaux de finitions, le Ford Kuga hybride rechargeable débute à partir de 38.600 €.

18 octobre 2019 09:30

Mobilité électrique : Au Mans, le circuit inspire 4 startups

Si la journée XMobility, dont la 2e édition était programmée le 8 octobre dernier, a vu le jour au Mans,…

17 octobre 2019 15:54

Expert, Jumpy, Vivaro : les fourgons électriques PSA pour 2020

Les utilitaires compacts Peugeot, Citroën et Opel auront leur version électrique en 2020, a confirmé le groupe français. La boucle…

17 octobre 2019 13:43

Ce site utilise les cookies.