Bolloré Bluecar

L’industriel breton indique que son groupe est prêt à investir 100 millions d’euros dans un réseau national de bornes de recharge pour les voitures électriques en France et qu’il peut le déployer en 24 mois.

Le Parisien publie une interview très intéressante de Vincent Bolloré qui semble dans les starting-blocs pour déployer un réseau de bornes de recharge en France. Il explique qu’il a offert ses services au ministre du Redressement Productif et qu’il est prêt à financer les investissements nécessaires à hauteur de 100 millions d’euros.



L’industriel est conscient qu’il va se frotter à EDF et met en avant l’expertise de son groupe, qui a déployé – selon lui – 5000 bornes de recharge en France. Il explique que les deux entreprises pourraient collaborer et que « l’important, c’est que le pays soit doté de bornes ». On ne peut qu’acquiescer !

Vincent Bolloré précise « notre objectif : développer un réseau national et que l’on puisse rouler en Autolib’ de Paris à Lyon ou Bordeaux ». Ce réseau, il pense pouvoir le déployer en 24 mois, ce qui serait une belle prouesse mais surtout un vrai coup de fouet pour le développement du véhicule électrique.

Si ce projet voit le jour, on espère toutefois que Bolloré installera également des bornes de recharge rapide, bien que sa Bluecar ne soit pas compatible avec des standards comme Chademo ou Combo CS. Il faut un bon maillage du territoire et un bon mix entre bornes de recharge normale, accélérée ou rapide en fonction des emplacements.

Le patron donne également quelques informations sur le partenariat avec Renault. Il explique : « ensemble, nous pourrons équiper 5 à 10 villes par an. La signature définitive de cet accord devrait intervenir dans les prochaines semaines. Nous prévoyons, entre autres choses, de créer ensemble une voiture électrique 3 places. »

Si on croise cette déclaration avec celle de Béatrice Foucher (Renault) qui promettait « des sous » pour financer des bornes de recharge publiques, on peut se dire que les choses pourraient bouger assez rapidement et que Renault pourrait être l’un des partenaires de ce fameux réseau national.

D’après ce que je comprends de ces déclarations de Bolloré, la balle est désormais dans le camp de l’Etat dont il attend la décision pour le lancement d’un tel réseau. Espérons qu’il n’attendra pas trop longtemps…

C’est finalement assez étonnant de voir une entreprise comme Bolloré se positionner de manière aussi forte pour le déploiement d’infrastructures de recharge, là où on aurait attendu assez logiquement EDF, bien silencieux sur le sujet pour l’instant…

Plus d’infos : l’interview de Vincent Bolloré au Parisien