renault-eolab_14

Longtemps focalisé sur les véhicules 100% électriques, Renault met désormais de l’eau dans son vin et dévoile un prototype hybride rechargeable consommant 1 litre aux 100 km : l’EOLAB. Il sera présenté officiellement au Mondial de l’auto en octobre.

Ce prototype de la taille d’une berline du segment B a été conçu pour minimiser la consommation de carburant. Pour cela, les ingénieurs de chez Renault ont travaillé sur 3 points : l’allègement, l’aérodynamique et une motorisation hybride rechargeable.

Publicité


La motorisation

L’EOLAB est équipée d’une motorisation appelée « ZE Hybrid » qui permet de rouler en mode 100% électrique durant 60 km et jusqu’à 120 km/h.

Concrètement, la chaîne de traction est composée par un petit moteur 3 cylindres essence 999 cm3 de 57kW (75ch) et un couple de 95Nm auquel est associé une transmission très innovante sans embrayage, basée sur une boîte de vitesses à trois rapports.

Le moteur électrique de 40 kW est intégré dans le logement de l’embrayage et alimenté par une batterie de 6,7 kWh, optimisée pour un usage hybride. Cette batterie, mise au point avec le CEA, utilise des cellules différenciées présentant un rapport puissance/énergie plus élevé que les batteries des véhicules électriques de la marque.

Comme toujours sur les hybrides rechargeables, différents modes de conduite sont disponibles, permettant de tirer le meilleur profit de la motorisation en fonction des types de trajets. Le freinage régénératif est également de la partie avec l’EOLAB.

L’allègement

Renault a soigné tout particulièrement l’allègement en combinant les matériaux : acier, aluminium, composites et même le magnésium, utilisé pour le toit de l’EOLAB. Au final, un gain de poids estimé à 400 kg !

Le constructeur a notamment cherché à trouver le meilleur compromis entre les matériaux innovants et leurs coûts, avec comme objectif de pouvoir rendre cette technologie accessible à tous.

L’aérodynamique

renault-eolab_10

Dans son travail sur la pénétration dans l’air, Renault a étudié la piste des éléments mobiles qui viennent améliorer l’aérodynamisme de la voiture. Ainsi, le véhicule est doté d’une assette variable lui permettant une amplitude de 50mm. À l’arrêt, la voiture est placée en position haute et en situation de conduite l’assiette est réduite en fonction de la vitesse.

Un spoiler actif , situé à l’avant, s’abaisse également de 10 cm en fonction de la vitesse pour limiter le passage de l’air sous le plancher plat de la voiture. Sur les côtés à l’arrière, des volets de 40 cm de haut et 10 cm de large s’ouvrent de 6cm au-delà de 70 km/h pour améliorer la trainée aérodynamique.

Publicité


Enfin, les roues très étroites participent à l’amélioration de l’aérodynamisme. Les jantes s’obturent automatiquement lorsque les freins n’ont pas besoin d’être refroidis.

Au centre de la réduction de la consommation : le conducteur

renault-eolab_08

La technologie pour réduire la consommation c’est bien, mais sans le concours du conducteur, ça ne sert à rien. C’est pour cette raison que Renault a développé un système d’information du conducteur lui permettant d’apprendre à optimiser sa consommation.

Rendez-vous au Mondial de l’Auto

L’EOLAB sera présenté officiellement lors du Mondial de l’Automobile à Paris, en octobre. Si ce démonstrateur ne sera certainement jamais produit, Renault explique que sa motorisation trouvera sa place dans des modèles de série avant 2020…

Publicité