Porsche Taycan : nos impressions à bord de la star du salon de Francfort


Publicité

Très attendue depuis sa présentation sous la forme du concept « Mission E » en 2015, la Porsche Taycan de série est lancée au salon de Francfort. Nous avons pu jeter un œil sur le bolide aux performances et au prix décoiffants.

Jusque là, aucun constructeur automobile n’avait pu faire « mieux » que Tesla. Mais dans la course parfois décriée aux voitures électriques les plus puissantes que se mènent les fabricants, Porsche semble avoir réalise un joli sprint. Sa Taycan, commercialisée dès cet automne, affiche des performances impressionnantes. Le coupé sportif se démarque notamment par la vitesse de recharge acceptée par sa batterie. Avec une puissance maximale de 270 kW en courant continu, il s’agit actuellement de la plus élevée disponible sur un véhicule électrique de série. Au cours d’un essai, le réseau Electrify America a constaté une recharge de 5 à 80% en seulement 22,5 minutes !

Elon Musk impressionné

La première voiture électrique de Porsche a même impressionné Elon Musk. Sur Twitter, le patron de Tesla a déclaré que la Taycan « semble être une bonne voiture » en réaction à son temps de parcours sur le circuit du Nürburgring. Il a rapidement répliqué en dévoilant une version améliorée et plus musclée de la Model S. Pas étonnant que le boss de la firme de Palo Alto soit séduit : Porsche s’est nettement inspiré de Tesla pour concevoir sa Taycan. On retrouve notamment un « frunk » d’une capacité de 82 litres dissimulé sous l’imposant capot. Ce petit coffre à l’avant était jusque-là l’exclusivité de Tesla. Le vaste toit vitré rappelle celui de la Model 3, tout comme l’écran de gestion de la climatisation, qui permet de diriger le flux d’air d’un simple glissement de doigt.

Deux versions au drôle de nom

Si l’identité du design Porsche mélangeant le style des 911 et 918 Spyder est toujours visible sur la Taycan, le constructeur a fait le choix de nouvelles optiques plus en phase avec la modernité du véhicule. Les phares ne sont plus ovales mais logés dans deux niches et disposés sur deux rails de LED horizontaux superposés. La carrosserie fait appel à plusieurs matériaux : aluminium, acier et plastique renforcé aux fibres de carbone. Logiquement aérodynamique, sa silhouette offre à la Taycan un coefficient de pénétration dans l’air de 0,25. Elle ne passe pas inaperçue et son allure reflète nettement la musculature de sa motorisation.

Côté technique, la Porsche Taycan est déclinée en deux versions portant le nom de « Turbo » et « Turbo S ». Un choix étonnant puisque le « turbo » est un élément habituellement associé aux moteurs thermiques. La « Turbo » développe une puissance totale de 500 kW (680 ch) grâce à deux moteurs électriques répartis sur les deux essieux. A l’arrière, le bloc est monté sur une transmission automatique à deux vitesses, une configuration extrêmement rare sur les voitures électrifiées. L’ensemble délivre un couple de 850 Nm pour un 0 à 100 km/h réalisé en 3,2 secondes. La vitesse maximale est bridée à 260 km/h.

La Porsche Taycan Turbo et Turbo S.

Consommation moyenne élevée

La version « Turbo S » se distingue seulement par une motorisation encore plus folle puisque les deux moteurs développent 560 kW (761 ch) pour un couple de 1050 Nm. En conséquence, le 0 à 100 km/h passe à 2,8 secondes, titillant les 2,6 secondes de la Tesla Model S. Naturellement, l’autonomie est légèrement moins élevée sur cette version : 412 km en cycle mixte WLTP contre 450 km pour la « Turbo ». Les deux modèles affichent des consommations moyennes pas franchement glorieuses puisqu’elles culminent à 25,7 et 26,7 kWh/100 km. Pour se situer, on est très loin des 14,3 kWh/100 km d’un Hyundai Kona 64.

Deux connecteurs pour la recharge

Les Porsche Taycan « Turbo » et « Turbo S » partagent également le même pack de batterie de 93,4 kWh. La recharge ultra-rapide en courant continu s’effectue via le connecteur Combo CCS intégré sur l’aile avant droite du véhicule. Sur une borne appropriée, il peut atteindre la puissance phénoménale de 270 kW autorisant une recharge de 0 à 80% en moins de 30 minutes. Pour faire le plein au quotidien à domicile ou sur les petites bornes publiques, les Taycan sont équipées d’un autre connecteur Type 2 sur l’aile avant gauche. Le chargeur embarqué accepte jusqu’à 22 kW pour une charge complète en environ 5 heures. Sur une prise domestique classique, il faudra par contre patienter une quarantaine d’heures.

Ce choix de placer deux connecteurs de part et d’autre du véhicule est intriguant au premier abord. Il s’agit d’une configuration assez rare, que l’on retrouve aussi sur l’Audi e-Tron. Si elle n’est pas justifiée sur le plan technique, elle l’est sur l’aspect pratique. En effet, le connecteur Type 2 est surtout utilisé pour se brancher sur les petites bornes publiques souvent placées sur la voirie, donc à gauche du sens de stationnement.

Cinq écrans à bord

A l’intérieur de la Porsche Taycan, les équipements sont résolument modernes. Quatre écrans servent le conducteur, complétés par un cinquième dédié à la gestion de la climatisation au niveau de la banquette arrière. L’air froid ou chaud est d’ailleurs produit par un système classique, la pompe à chaleur plus économe étant en option. La disposition est assez étonnante puisque l’écran réservé à la navigation est situé face au siège passager avant. Pas forcement pratique à consulter. Un autre élément surprend : une horloge analogique incrustant un petit écran à cristaux liquides hors d’âge, placée au centre de la planche de bord. Une pièce qui fait assez tâche au milieu des équipements moderne du véhicule. Les modes de conduite se sélectionnent via une molette implantée sur le petit volant revêtu de feutre. Un mini-levier de vitesse est placé à droite du tableau de bord

Ambiance sobre

L’ambiance générale reste sobre, les couleurs ne dépassent pas les nuances de gris. La Porsche Taycan n’est clairement pas idéale pour de très longs trajets, elle ne peut d’ailleurs accueillir que trois passagers en plus du conducteur. Si l’assise est confortable à l’avant comme à l’arrière, l’espace à bord est franchement restreint. On s’y sent confiné, particulièrement lorsqu’on est grand et costaud ! N’espérez pas non plus embarquer de volumineux bagages, le coffre affiche un volume de 388 litres et le sous-coffre peut tout juste contenir un câble de recharge. Sans surprise, l’habitabilité n’est pas en phase avec les dimensions du véhicule. Le coupé s’étire sur 4,96 m de long et 1,96 m de large. Sa hauteur de 1,37 m explique en partie la sensation de confinement. Son poids de 2,23 t reste relativement cohérent pour sa catégorie. Une Tesla Model S P90D pèse par exemple 2,25 t alors que le mastodonte Audi e-Tron affiche 2,56 t.

Tarif stratosphérique

La Porsche Taycan sera commercialisée dès cet automne au prix de départ hallucinant de 155.552 euros et 189.152 euros hors bonus pour la version « Turbo S », soit l’équivalent de trois Tesla Model 3 Long Range. Un prix qui ne semble pas rebuter les portefeuilles les plus garnis puisque 500 pré-réservations auraient déjà été effectuées en France et 40.000 dans le monde.


En savoir plus sur le véhicule Porsche Taycan


Sur le même sujet


Publicité
Publicité

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Copyright © 2020 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre