Responsable marketing du programme électrique, Emmanuel Bouvier répond aux questions d’Automobile Propre

Achat ou location des batteries… comme la génération actuelle, la nouvelle Renault ZOE continuera à proposer l’ensemble des modes d’acquisitions. Rencontre avec Emmanuel Bouvier, responsable marketing du programme électrique du constructeur français, qui évoque également avec Automobile-Propre les réflexions en cours autour de la commercialisation du petit SUV électrique K-ZE en Europe.

« Cette Nouvelle ZOÉ est une vraie évolution extérieure mais aussi une révolution de l’intérieur pour permettre à nos clients de continuer à bénéficier d’un véhicule à la fois abordable et à la pointe de la technologie » résume le représentant de la marque au losange.

Si l’actuelle ZOÉ se porte plutôt bien, avec des ventes en constante progression, le représentant de la marque estime qu’il était important de « reprendre une longueur d’avance » alors que de nombreux concurrents s’apprêtent à investir le segment. « Nous voulions réaffirmer notre caractère de référent du segment en faisant évoluer le véhicule sur un certain nombre d’aspects. Cette nouvelle ZOÉ, c’est une évolution à l’extérieur et une révolution à l’intérieur  » précise-t-il.



« A travers l’évolution du design, nous cherchions surtout à affirmer davantage le véhicule. L’avant est élargi avec ce nouveau bouclier. Cela lui donne probablement un peu plus de caractère tout en restant cohérent et pertinent sur tous les segments de clientèle, que vous soyez une femme, un homme un particulier ou une entreprise. L’arrivée de la batterie 52 kWh nous permet d’offrir jusqu’à 390 km d’autonomie WLPT. L’arrivée de la charge 50 kW DC vient compléter notre offre de charge. Nous continuons en parallèle à proposer le 22 kW AC » précise notre interlocuteur, nous confirmant au passage que le 22 kW AC continuera à être proposé sur toutes les finitions de Nouvelle ZOÉ. « Cette charge AC est un élément très différenciant du système de charge de ZOÉ puisqu’il permet de se charger sur toutes les bornes de charge en courant alternatif dont les coûts sont inférieurs à celles en courant continu. Certains de nos clients y sont très attachés » justifie-t-il.

Des tarifs et une gamme à préciser

Sur la question des tarifs de cette Nouvelle ZOÉ, Emmanuel Bouvier nous fait patienter tout en nous rassurant quant à la politique commerciale du constructeur. « Nous communiquerons précisément sur la construction de la gamme au moment de la présentation de l’offre commerciale pays par pays. Nous avons pensé ZOÉ depuis le début comme un véhicule abordable pour tous, compatible avec tous les types d’usage. On ne va pas dévier de cette philosophie » assure-t-il.

Une stratégie qui reposera notamment sur l’offre de location des batteries sur les marchés l’y autorisant. « Le client pourra acheter le véhicule et louer la batterie, acheter le véhicule et la batterie ou louer l’ensemble. Tous les modes d’acquisition seront ouverts » précise notre interlocuteur. « Notre objectif c’est de proposer un coût d’e détention et d’usage très compétitif par rapport au thermique. Nous ne dévions pas de cette philosophie. Sur la location batterie, nous communiquerons les montants au moment où nous communiquerons les prix du véhicule » poursuit-il.

Renault K-ZE : le mini SUV électrique bientôt en Europe ?

Au sujet de l’extension de sa gamme, si la marque restera concentrée sur le lancement de la Nouvelle ZOÉ et l’arrivée prochaine du Renault Kangoo ZE au cours des prochains mois, elle n’exclut pas un lancement du Renault K-ZE sur le vieux continent.

Présenté sous forme de concept lors du Mondial de l’Automobile de Paris et dans sa version définitive en avril dernier à Shanghai, ce petit SUV 100 % électrique sera lancé cette année en Chine et pourrait rapidement s’étendre à d’autres marchés.

« C’est un véhicule dans lequel on a de grands espoirs et qui a un potentiel de développement hors de Chine qui est évident » souligne Emmanuel Bouvier. « Nous sommes aujourd’hui en train de regarder les possibilités de développement à l’international. Nous communiquerons sur nos décisions en temps et en heure » détaille-t-il avant de conclure. « L’Europe n’est pas exclue et nous sommes en train de l’étudier comme nous regardons les autres continents ».