Lancé en 2007, le Nissan Qashqai passe aujourd’hui à la troisième génération. Il inaugure une exotique motorisation hybride en Europe.

Né en 2007, le Nissan Qashqai a été un précurseur en démocratisant le segment des crossovers. Après une carrière à plus de 3 millions d’exemplaires écoulés à travers le globe, le Qashqai se dévoile sous une toute nouvelle génération. Le crossover se modernise notamment à l’intérieur, avec l’apparition de technologies embarquées de dernière génération, l’adoption de la plateforme CMF-C et une motorisation e-Power, qui rencontre le succès au Japon depuis plusieurs années.



Nissan Qashqai

Une plateforme moderne et plus de place à bord

Le nouveau Nissan Qashqai présente sa modernisation avec un style qui reprend la nouvelle identité de la marque. Et plus précisément celle déployée sur la nouvelle Nissan Note au Japon et sur les SUV destinés au marché américain, tel que le Pathfinder notamment. Malgré des dimensions à peine augmentées, le SUV se montre plus compact grâce à son coup de crayon musclé.

Plus long de 35 mm, le Nissan Qashqai s’allonge sur 4,43 mètres de long pour 1,84 mètre de large. L’empattement gagne 20 mm seulement (2,67 mètres), mais l’espace à bord devrait se montrer un peu plus généreux. C’est en tout cas chiffré dans le coffre avec un gain de 74 litres pour porter le volume total de la soute à 504 litres.

Le plein de technologies pour le Qashqai

L’habitacle ne se montre pas aussi futuriste que celui du Nissan Ariya. L’agencement reste traditionnel avec un style qui évolue dans la continuité. Une nécessité pour Nissan qui marche sur des œufs afin de ne pas perturber les nombreux clients. En revanche, la dotation technologique fait un bond en avant.

Le combiné d’instrumentation est confié à une dalle numérique de 12,3 pouces. Il s’accompagne d’un écran tactile central de 9 pouces et, pour la première fois, d’un affichage tête-haute de 10,8 pouces directement projeté sur le pare-brise. La connectivité Apple Carplay sans fil et Android Auto est fournie d’office et le véhicule peut être commandé à distance avec l’application pour smartphone Nissan Connect Service, et à l’intérieur avec Alexa d’Amazon.

Au chapitre conduite, le Qashqai embarque le système One-Pedal déjà connu dans la Nissan Leaf. Notons aussi la présence de ProPilot couplé au dispositif Navi link, le système de conduite semi-autonome de la marque.

Nissan Qashqai

Une mécanique hybride-série en provenance du Japon

SUV moderne, le Nissan Qashqai fait désormais confiance à la technologie électrifiée, ou plutôt électrique si on se réfère au schéma technique. Le Nissan Qashqai inaugure en Europe la motorisation e-Power, qui occupe la tête des ventes du constructeur au Japon depuis son apparition, et pousse vers la sortie les moteurs diesel dCi.



Le bloc moteur hérité de la Leaf (mais retouché pour l’occasion, sans plus de précisions pour le moment) propose 190 ch pour 330 Nm de couple. Il est alimenté par une batterie à la capacité encore inconnue (mais potentiellement reprise en partie de la Leaf, elle aussi). Cette dernière étant gavée en énergie par le 1,5 litre essence de 158 ch. Mais ici, la puissance est insignifiante : totalement déconnecté des roues, le bloc thermique a pour seul rôle de générer de l’électricité. Mais il ne s’agit pas ici de prolongateur d’autonomie, le Qashqai n’étant pas une électrique, contrairement à ce qu’avoue sa transmission. Question de point de vue.

Un peu de patience pour la motorisation e-Power

La motorisation e-Power permet ainsi de bénéficier des avantages de la motorisation électrique (couple instantané et reprises consistantes), tout en délivrant les sensations de conduite d’un véhicule hybride parallèle plus conventionnel. Les données de consommation et de CO2 n’ont pas encore été communiquées. Contrairement à la Note e-Power japonaise, la transmission intégrale n’est pas encore au programme.

La commercialisation du Nissan Qashqai sera lancée au printemps 2021, mais il faudra attendre un peu plus pour voir arriver les déclinaisons hybrides e-Power.