essai-nissan-leaf-corse-0002

Automobile-Propre était sur l’Ile de Beauté pour un nouvel essai de la Nissan Leaf 30 kWh.  L’occasion de revenir sur la berline électrique de Nissan à travers une série de vidéos.

Près d’un an jour pour jour après notre premier essai de la Nissan Leaf 30 kWh au Col de Turini, Automobile-Propre était en Corse pour un nouvel essai de la berline électrique nippone dans les environs d’Ajaccio.



Pionnière depuis 2011

Si la Nissan Leaf n’a plus beaucoup de secrets pour nos lecteurs réguliers, la berline électrique nippone méritait une présentation générale pour celles et ceux qui découvrent encore la voiture électrique et ses usages.

Véritable pionnière, la Nissan Leaf intègre cette nouvelle génération de voitures électriques qui ont fait leur apparition au début des années 2010. Lancée en 2011 et écoulée à plus de 230.000 exemplaires, la Leaf reste aujourd’hui la voiture électrique la plus vendue au monde. Et si son design n’a quasiment pas évolué depuis son lancement, la berline nippone a déjà bénéficié de plusieurs mises à jour. La dernière d’entre elles date du début de l’année 2016 avec l’arrivée du nouveau pack batteries 30 kWh annonçant jusqu’à 250 kilomètres d’autonomie NEDC accompagné du nouveau système télématique Nissan ConnectEV remplaçant l’ancien Carwings.

Sous le capot, la Leaf embarque un moteur électrique de 80 kW (109 ch) et 254 Nm autorisant jusqu’à 144 km/h de vitesse maximale et un 0 à 100 km/h franchi en 11.5 secondes.

Autre avantage de la Leaf : son architecture a été imaginée dès le départ pour être électrique. Résultat : alors que certains modèles thermiques électrifiés ont tendance à sacrifier l’habitabilité, la Nissan Leaf conserve tout son espace avec un coffre d’une capacité maximale de 370 litres. Attention, si vous choisissez l’option Tekna, la présence du système audio Bose fait perdre 15 litres de chargement.

En termes d’équipements, si la Leaf reste aujourd’hui plutôt bien dotée avec climatisation automatique, Bluetooth, sièges et volant chauffants, sellerie cuir pour répondre à tout type de clientèle, on regrette l’absence de certaines options. On pense notamment au régulateur de vitesse adaptatif, une perle pour les longues distances, mais à tous les équipements liés à la sécurité (freinage d’urgence, alerte de franchissement de ligne, détecteur d’angle mort etc…)  devenus standards sur la plupart des modèles commercialisés. Nous avons pu poser la question à Nissan et le déploiement serait en cours sur le reste de la gamme. La Leaf devrait donc aussi y avoir droit, sans doute pour le prochain millésime…

Le Nissan ConnectEV à la loupe

Si le système semble plus rapide que l’ancien Carwings, d’autres défauts sont conservés. La localisation des bornes n’est pas exceptionnelle – il est bien plus rapide d’utiliser ChargeMap – et la qualité de la navigation laisse toujours autant à désirer.

A noter que Nissan propose également une application mobile qui permet notamment de programmer la charge à distance, de vérifier l’état de charge de la batterie ou encore de préclimatisé l’habitacle lorsque le véhicule est encore branché. Petit aperçu vidéo du système ci-dessous.



Les 200 kilomètres réels vérifiés

En termes d’autonomie, notre aventure nous a permis de pouvoir réaliser deux essais dont un nous a permis de valider les 200 kilomètres d’autonomie réels à bord de cette nouvelle Leaf.

Partis de l’aéroport d’Ajaccio avec une voiture chargée à 91 %, nous avons pris la direction du nord, traversant des reliefs plutôt marqués pour rejoindre le Golfe de Sagone avant de faire demi-tour pour aller plus au sud pour un retour vers l’hôtel.

Sur ce premier trajet, le mode Eco était de mise car l’idée était de pousser la Leaf jusqu’au bout de ses capacités. Et si le relief torturé de l’Ile de Beauté n’a pas forcément contribué à diminuer la consommation, j’ai pu terminer ma boucle avec 190.6 kilomètres depuis mon départ de l’aéroport d’Ajaccio avec une consommation moyenne estimée à 15.4 kWh/100 km. Certes, certains diront que je n’ai pas pu vérifier par moi-même les 200 kilomètres réels mais en ajoutant les 16 kilomètres séparant l’hôtel de l’aéroport, où les équipes Nissan m’ont remis la voiture, on arrive à une autonomie totale de 206 kilomètres. Pas si mal !

essai-leaf-corse-consommation

La chose qui surprend : dès lors que la capacité batterie descend sous la barre des 5 %, tout l’affichage disparait. Ni autonomie estimée ni pourcentage de batteries, tous les indicateurs se mettent en « off » pour m’inviter à rejoindre sans tarder le point de charge le plus proche. Une conduite à l’aveugle un poil anxiogène. Heureusement, j’avais pu jeter un œil à l’ordinateur de bord avant cette « coupure générale », celui-ci m’indiquant un peu moins de 20 kilomètres restant, soit largement de quoi rejoindre les 5 derniers kilomètres me séparant de l’hôtel.

Retrouvez-ci dessous le compte rendu vidéo de cet essai.

Recharge rapide : la Corse bien équipée

Quel que soit le niveau de finition, la charge rapide CHAdeMo et la charge AC 6.6 kW sont proposés de série. En Corse, les utilisateurs pourront bénéficier gratuitement du réseau de bornes rapides mis en place par Nissan au sein des stations-services du groupe Ferrandi (voir notre article). De quoi pouvoir parcourir l’Ile de Beauté sans se soucier des problématiques de charge.

Mais, au-delà de la charge rapide, il manque clairement à la Corse un réseau secondaire. Celui où on pourrait se recharger en charge lente ou accélérée AC le temps d’un déjeuner, d’un rendez-vous professionnel ou d’une visite touristique… Selon Chargemap, la Corse ne compte aujourd’hui qu’une petite trentaine de sites de charge opérationnels…

nissan-ferrandi-corse-04

Associé au groupe Ferrandi, Nissan déploie ses bornes de recharge rapide en Corse

En savoir plus :