Nouvelle Clio, nouvelle ZOE, et bientôt nouvelle motorisation hybride. Poussé par le durcissement des quotas d’émissions de CO2, Renault va équiper la Clio 5 d’un bloc essence-électrique inédit. Si la marque n’a pas encore dévoilé l’intégralité de la fiche technique de cette version, on connaît déjà certaines caractéristiques. Automobile-Propre fait le point en cinq chiffres.

140 chevaux

Présentée fin 2018, la Renault Clio 5 E-Tech embarquera un moteur essence 4-cylindres 1.6 L de 91 ch, associé à deux moteurs électriques. Le premier, d’une puissance d’environ 48 ch sera utilisé pour propulser la voiture à basse vitesse. Le second est un alterno-démarreur haute-tension d’une vingtaine de chevaux capable de recharger ponctuellement la batterie via le moteur essence. Au total, la Clio hybride devrait donc développer une puissance d’environ 140 ch, ce qui ferait d’elle la plus musclée de la gamme.

Publicité


La technologie, d’architecture inédite, provient d’une collaboration entre Renault et Nissan. Le constructeur japonais a notamment fourni le moteur électrique principal. Selon les premières informations diffusées, le bloc essence serait déjà à la norme Euro7 qui doit entrer en vigueur en 2025, notamment grâce à la présence d’un filtre à particules. Il sera en outre doté d’une transmission automatique à quatre rapports sans aucun embrayage ni convertisseur. Une spécificité qui permettrait d’obtenir un rendement supérieur pour une consommation plus faible de carburant.

1,2 kWh

Les moteurs électriques puiseront leur énergie dans une batterie dont la capacité utile devrait être de 0,72 kWh (1,2 kWh de capacité nominale). Elle se rechargera automatiquement dans les phases de freinage et de décélération. Comme sur toutes les voitures hybrides dites « classiques », la batterie ne pourra pas être chargée sur une prise de courant. Les quelques kilowattheures récupérés suffiront pour propulser la voiture à faible allure comme dans les phases de démarrage, les petites accélérations, dans les manœuvres et les embouteillages. Le moteur essence éteint, la Clio 5 hybride sera donc totalement silencieuse et n’émettra aucun polluant à l’échappement dans ces situations.

70 %

Selon Renault, la Clio 5 E-Tech devrait dans tous les cas démarrer en mode électrique et permettre de rouler jusqu’à 80% du temps sans émissions en ville. Ce chiffre semble crédible : il est proche des 70% revendiqués par le leader mondial de l’hybride Toyota. Mais attention, temps de trajet ne signifie pas distance. Quel que soit le trajet effectué, le moteur essence sera mis à contribution à certains instants comme en croisière, lors de fortes accélérations ou lorsque la batterie est tout simplement vide. Il est toutefois certain que la consommation moyenne sera nettement moins élevée que sur les Clio thermiques. Renault annonce jusqu’à 40% d’économie en cycle urbain par rapport à un véhicule thermique.

L’écart est logiquement plus marqué en ville, où le moteur électrique a plus de chances d’entrer en fonction. La consommation moyenne pourrait donc être similaire à la Toyota Yaris hybride 130 ch. Cette dernière affiche 3,5 L/100 km en cycle urbain, 3,6 L/100 km en cycle extra-urbain et 3,7 L/100 km en cycle mixte. A comparer avec la version essence 130 ch non-hybride de la Clio V, qui culmine à 6,7 L/100 km en urbain, 4,3 L/100 km en extra-urbain et 5,2 L /100 km en cycle mixte. La Clio 5 E-Tech sera donc plus sobre, épargnant de précieux litres de carburant pour une efficacité identique voire supérieure. En prime : un confort plus élevé en l’absence de transmission manuelle et la souplesse de conduite typique des véhicules hybrides.

25.000 euros

Le premier véhicule hybride Renault de grande série sera naturellement plus cher. Il pourrait n’être proposé que sur des finitions milieu et haut-de-gamme. La Clio 5 TCE 100 ch « Zen » étant affichée à 17.800 euros au catalogue, on peut estimer que la version E-Tech sera vendue entre 22.000 et 25.000 euros. A titre d’exemple, sur la Toyota Yaris, le surcoût lié à l’hybride est de 4000 à 5000 euros. Un prix supérieur à l’achat mais susceptible d’être rapidement rattrapé grâce aux économies liées au carburant.

Les quelques litres aux cent économisés peuvent faire une grande différence au final. Sur la base de 15.000 km par an parcourus exclusivement en cycle urbain et selon une estimation purement hypothétique, la Renault Clio 5 hybride consommerait au total 525 litres de carburant. Au prix moyen actuel de l’essence E10, cela représente une dépense annuelle de 799 euros. En parallèle, la Clio 5 TCE 100 ch engloutirai 840 litres de carburant pour une dépense annuelle de 1278 euros.

Une économie de 479 euros chaque année plutôt intéressante, d’autant que la Clio hybride nécessite moins d’entretien que son équivalent thermique pur.

Publicité


Son régime piloté par l’ordinateur de bord et moins sollicité, le moteur essence devrait s’user plus lentement. Il n’y a aucun risque d’endommager la boite de vitesse ni de devoir remplacer le kit de distribution. Grâce au freinage régénératif, les plaquettes de frein sont également moins utilisées et durent plus longtemps. La durée de vie de la batterie devrait être particulièrement longue au vu de sa capacité utile. Comme Toyota, Renault a fait le choix de brider 40% de la capacité du pack afin de limiter au maximum son usure. La Clio 5 E-Tech a donc de fortes chances d’être plus économique à l’usage.

2020

Renault n’a pas souhaité proposer cette version hybride au lancement de la Clio 5 il y a quelques mois. Le constructeur préfère attendre 2020 et l’entrée en vigueur de quotas d’émissions de CO2 européens très restrictifs.

L’année prochaine verra également lancées les versions hybrides-rechargeables des Renault Captur et Megan 4. Le constructeur n’a pour l’instant pas annoncé son intention d’utiliser la technologie E-Tech hybride classique sur d’autres modèles que la Clio. Il serait cependant étonnant qu’elle n’utilise pas cette motorisation pour réduire la consommation globale de sa gamme et étoffer l’offre à moindre coût. Des rumeurs évoquent notamment l’utilisation du bloc hybride sur la prochaine génération du Kangoo.

Publicité