mia

Lors d’une conférence de presse, Michelle Boos a donné quelques pistes sur sa stratégie pour Mia. Elle passera par l’international et, plus surprenant, par la pile à combustible hydrogène.

La présidente de Mia a d’abord expliqué qu’elle était fan du produit : « j’ai découvert cette voiture il y a trois ans et j’ai tout de suite pensé que c’était une belle idée. Cela m’a fait penser au Minitel, aux grandes heures de l’innovation française ».

Publicité


Pour elle, l’avenir de Mia passe par l’international et elle voit même l’entreprise comme un complément de Tesla Motors : « Tesla est parti de rien et a su tirer profit des aides de l’État américain pour se développer. Aujourd’hui, ils sont cotés en bourse ! Si on considère Tesla comme étant la gamme luxueuse de l’électrique, je souhaite que l’on considère dans l’avenir Mia comme la gamme populaire ».

Mais pour le moment, il vaut mieux garder les pieds sur terre. L’objectif est de faire rentrer du cash pour améliorer la trésorerie de l’entreprise, et cela passe par les ventes à l’international. Le nouvel actionnaire, Focus Asia GmbH, va injecter 36 millions d’euros sur 3 ans pour développer les ventes afin d’atteindre les 5000 véhicules par an.

Sur la stratégie produit, on ne sait pas encore grand chose si ce n’est que Mia va proposer une version avec pile à combustible hydrogène, fournie par la société allemande Magnum. La petite Mia passera alors de 125 à 676 kilomètres d’autonomie ! On peut toutefois se demander si c’est vraiment le besoin premier sur ce type de véhicule…

Plus terre à terre, l’entreprise va faire un gros travail au niveau des achats afin de faire baisser les coûts avec de nouveaux fournisseurs.

Il reste un point qui restera à éclaircir : comment est-ce que Mia va communiquer pour faire connaître ses produits, encore inconnus pour beaucoup de monde ?

Source : Caradisiac

Publicité