Un nouveau look pour une nouvelle vie ! À l’occasion de son restylage, le Hyundai Santa Fe adopte une nouvelle motorisation hybride. Malgré l’implantation d’une batterie, ce SUV familial parvient à conserver sept places à bord. Unique à ce niveau de prix !

Le Santa Fe est un modèle historique pour Hyundai. La première génération, lancée en 2000, a permis au constructeur coréen de se faire une réputation de spécialiste du SUV. Gagnant en prestance de génération en génération, il a peu à peu cédé du terrain, en ce qui concerne les ventes, à son petit frère le Tucson. Durement frappée par le malus et jusqu’ici uniquement proposée avec un moteur diesel, cette 4e génération voit son restylage arriver comme une renaissance : grâce à de nouvelles motorisations hybrides (rechargeable ou non), il peut enfin avancer une fiscalité raisonnable ! De quoi séduire les familles à la recherche d’un modèle flatteur au rapport prix/prestations avantageux.



Ce qui change

Ce restylage modifie assez profondément la physionomie du Sante Fe. La nouvelle face avant, particulièrement chargée de chrome avec sa nouvelle calandre imposante, diffère assez fondamentalement de la précédente version. Pourtant, peu d’éléments extérieurs ont été modifiés. Les boucliers, à l’avant comme à l’arrière, sont inédits. Mais tous les panneaux de carrosserie demeurent inchangés. On voit apparaître de nouvelles jantes au catalogue, alors que les bas de caisse sont désormais peints de la couleur de la carrosserie sur certaines versions, ce qui a pour effet de rendre l’aspect général plus massif.

L’hybride à sept places, une rareté !

Depuis la disparition des grandes berlines au sein de la gamme Hyundai, le Santa Fe fait office de porte-drapeau de la marque. À ce titre, il dispose d’un habitacle plutôt luxueux. Les matériaux apparaissent judicieusement choisis, les assemblages soignés et le style flatteur.

À l’occasion de ce restylage, la console centrale a été renouvelée. Plus large et surélevée, elle se passe désormais de levier de vitesses : en lieu et place, on trouve des touches rappelant ce qui se fait sur le Kona electric ou le Nexo, le SUV à pile à combustible de la marque. Plusieurs teintes sont disponibles, pour une ambiance assez chaleureuse qui n’a pas grand-chose à envier aux constructeurs premium.

Un argument massue du Hyundai Santa Fe est sa capacité à conserver sept places malgré l’implantation de la batterie au lithium. Et c’est le cas tant sur la version hybride que nous essayons aujourd’hui que sur l’hybride rechargeable, qui a également fait son apparition au catalogue à l’occasion de ce restylage.

Voilà un véritable argument, que tous les concurrents ne peuvent avancer. Le Land Rover Discovery Sport a dû par exemple sacrifier ses places d’appoint en se convertissant à l’hybride rechargeable, mais c’est aussi le cas de modèles bien plus imposants, comme les Mercedes-Benz GLE et BMW X5. À l’image de son cousin le Kia Sorento auquel il est techniquement apparenté, ce Santa Fe peut donc séduire les familles nombreuses à la recherche d’un modèle à la consommation raisonnable. Reste que, comme c’est le cas de nombreux modèles à sept places de ce gabarit (il mesure 4,78 m de long), le Sante Fe doit réserver ses sièges de troisième rangée à des enfants : l’accès est un peu acrobatique, l’assise proche du sol impose une position guère confortable et la place y est comptée. Mais ces strapontins ont le mérite d’exister. Aux places de deuxième rangée par contre, confort et espace sont les maîtres-mots.

La technique

Les modifications techniques ont été profondes ! Au point que Hyundai affirme que ce Santa Fe repose sur une nouvelle plateforme, ce qui apparaît assez incongru pour un simple restylage. Les soubassements ont été modifiés, pour pouvoir accueillir la batterie sous le siège passager (celle-ci s’étend également sous le siège conducteur sur la version hybride rechargeable). La modification du soubassement a également permis d’améliorer l’habitabilité en modifiant l’implantation des sièges et de la banquette.

La principale nouveauté se situe sous le capot, avec une inédite motorisation hybride. Celle-ci fait appel à un quatre cylindres essence à injection directe turbocompressé de 1,6 litre, doté d’un système de régulation de la durée d’ouverture des soupapes. Ce bloc développe à lui seul 180 ch. Il est associé à un moteur électrique synchrone à aimants permanents de 60 ch, logé à la place du convertisseur de couple de la boîte automatique à six rapports.

L’ensemble développe une puissance cumulée de 230 ch, pour des émissions de CO2combinées sur cycle de 144 g/km à 153 g/km selon la finition choisie. De quoi limiter le malus entre 280 € et 818 €, raisonnable pour un SUV de cette catégorie.



Au volant du Hyundai Santa Fe 1.6 T-GDi Hybrid

Ce qui surprend dès les premiers kilomètres au volant de ce Santa Fe, c’est sa douceur. Les changements de rapports sont imperceptibles, au point que la fluidité égale celle, incomparable, des hybrides Toyota… La sensation d’emballement du moteur en moins lors des accélérations. Le silence à bord apparaît remarquable, tant grâce à la discrétion du moteur qu’à une isolation phonique soignée, qui élimine les bruits aérodynamiques et de roulement. Cette mécanique prodigue également des reprises tout à fait convenables pour un modèle avant tout familial.

Le Santa Fe affiche un comportement assez agile pour un modèle de cette catégorie. La direction est assez précise, à défaut de se révéler informative. Le roulis est bien contenu, ce qui permet de négocier les virages sans délai. Le correcteur électronique de trajectoire se révèle par contre étonnamment chatouilleux, et agit sur les freins bien avant qu’on atteigne les limites du châssis. La suspension offre un compromis intéressant entre confort et maintien de caisse.

On choisit avant tout un modèle hybride pour ses consommations réduites. Bonne nouvelle : le Santa Fe tient ses promesses. Nous avons relevé une moyenne aux alentours de 6,5 l/100 km sur route, moyenne qui peut grimper jusqu’à 8 l/100 km en usage mixte. Voilà un excellent résultat pour un modèle qui accuse au minimum 1 855 kg sur la balance.

 

Pour conclure

Homogène, spacieux et plutôt sobre, le Hyundai Santa Fe aligne les qualités. Surtout, avec un tarif qui débute à 41 900 € en hybride, la concurrence est inexistante en sept places. De quoi convaincre les particuliers de se contenter de cette version, alors que l’hybride rechargeable réclame 5 900 € de plus à équipement équivalent. Une motorisation à réserver aux professionnels, qui profiteront de cette version incontournable pour échapper à la TVS. Le concurrent le plus direct semble être le Toyota Highlander. Plus spacieux, il est aussi beaucoup plus cher.