Groupe propriétaire du célèbre site de vente en ligne AliExpress, Alibaba s’est associé à SAIC pour faire naître la nouvelle marque Zhiji Auto. Les deux premiers modèles mettront le paquet en matière de technologies à bord.

Le spécialiste de la vente en ligne Alibaba se lance désormais dans l’aventure automobile. Le groupe chinois, dirigé par Jack Ma, s’est associé au géant industriel SAIC pour créer la marque Zhiji Auto/IM. La nouvelle entité proposera dans un premier temps deux modèles électriques, bardés de technologies embarquées.



Un écran de 39 pouces à bord

Pour l’heure, la marque envisage de commercialiser une berline et un SUV électriques pour couvrir la demande sur son marché domestique. À l’exception de leur dessin extérieur travaillé comme sur des concept-cars, les deux modèles partagent les mêmes caractéristiques techniques et technologiques.

Notamment à bord, où IM à fait le choix d’un énorme écran posé sur la planche de bord. D’une taille de 39 pouces, il se décompose en trois sections distinctes, comme sur le MBUX Hyperscreen de Mercedes. Il est secondé par une autre dalle tactile centrale de 12,8 pouces, dissociée de la console, comme sur une Mercedes Classe S.

Un système de conduite autonome géré par Nvidia

Les nouvelles IM sont équipées de 15 caméras HD, de 12 capteurs à ultrasons et de 5 radars à ondes millimétriques. Ensemble, ils offrent au véhicule un système de conduite semi-autonome et une fonction de type « voiturier autonome ». Toutefois, le constructeur indique qu’un dispositif de conduite entièrement autonome sera disponible à la fin de l’année.

Le système sera géré par la plateforme Nvidia animée par la puce Drive AGX Orin, annoncée par le fabricant comme le processeur le plus avancé du monde. En revanche, le fabricant ne s’est pas exprimé sur le système d’exploitation embarqué. Car rappelons qu’Alibaba est aussi à l’origine du système Aliyun, reposant une exploitation Linux.

Le premier chargeur à induction 11 kW de série

Les deux IM embarquent deux moteurs électriques pour une puissance totale de 544 ch et 700 Nm de couple. Le 0-100 km/h est alors annoncé en 3,9 secondes. Deux batteries seront proposées, avec une unité de 93 kWh en série et un bloc de 115 kWh en option. Dans ce dernier cas, l’autonomie peut grimper à 874 km sur un cycle NEDC. Ce qui se montre moins énergivore que la toute nouvelle Nio ET7, qui a besoin de 150 kWh pour toucher les 1 000 km sur le même cycle.

IM annonce également le premier chargeur électrique à induction fabriqué en série au monde. Bien qu’annoncé comme un chargeur rapide par le constructeur, il s’agit toutefois d’un chargeur sans fil d’une puissance de 11 kW, qui offre près de 80 km d’autonomie en une heure de recharge.



Des plans chamboulés par le gouvernement chinois ?

Lors de la présentation, la marque IM s’est aussi penchée sur le châssis de ses deux voitures, comme on en avait perdu l’habitude. Le fabricant indique que, malgré l’expertise de SAIC en matière d’automobile, les réglages ont été confiés à Williams. Un système d’amortissement adaptatif ainsi qu’un dispositif à roues arrière directrices seront au programme.

La berline sera la première à voir le jour au Salon de Shanghai au mois d’avril prochain. Les clients intéressés devront patienter jusqu’en 2022 pour voir arriver le SUV électrique. Indiquons toutefois que les plans de la marque pourraient connaître quelques changements : après les critiques du gouvernement de Jack Ma, Pékin pourrait finalement nationaliser Alibaba. Dans cette affaire épineuse, Xi Jinping a aussi ordonné l’interdiction de l’entrée en bourse d’Ant Financial (propriété d’Alibaba), en guise de sanction contre le PDG. Si la marque n’est pas encore dans le viseur du régime, elle pourrait être une nouvelle cible.