A contre-courant de la volonté affichée par l’administration Trump d’assouplir les normes antipollution pour les véhicules routiers, Mary Barra, la patronne de GM, déclare vouloir engager davantage son groupe dans la mobilité électrique.

« Nous soutenons la vision d’un monde sans accidents, sans émissions et sans congestion du trafic« , a-t-elle écrit dans un article publié sur le net. « Le changement climatique est réel. Nous reconnaissons que le secteur des transports y contribue pour une part importante et que nous devons faire partie de la solution. Chez General Motors, nous prenons le défi au sérieux.  »

Donald Trump s’est retiré de l’accord de Paris et le gouvernement américain discute actuellement de l’assouplissement des objectifs d’efficacité énergétique. Indépendamment des mesures prises à Washington, General Motors « s’engage résolument » à optimaliser les économies de carburant, à réduire les émissions polluantes et à investir dans un avenir entièrement électrique, a déclaré Mary Barra. Elle est convaincue : « C’est la voie à prendre par notre entreprise et pour notre environnement« . Une profession de foi qui tranche avec le scepticisme affiché par certains autres patrons de groupes automobiles.

« Nous nous attendons à ce qu’au fil du temps, le prix des voitures électriques soit compétitif par rapport à celui des véhicules à combustion interne. D’ici là, nous supporterons et appuierons toutes les mesures de soutien qui convaincront davantage de consommateurs à opter pour les voitures électriques », a encore déclaré celle qui est la fille d’un ouvrier de GM et directrice générale de la multinationale américaine depuis fin 2013. Elle a notamment effectué des études en ingénierie électrique au General Motors Institute avant de grimper dans la hiérarchie du groupe et occuper à présent la place de numéro 1.

« Nous devons concentrer nos développements sur les innovations qui profitent à nos clients et à la société » a-t-elle encore ajouté en citant notamment l’autopartage et les véhicules autonomes.

Un million d’électriques par an dès 2026

Barra a promis aux investisseurs que General Motors serait, au plus tard en 2021, « le premier constructeur de voitures électriques à gagner de l’argent». Cela se fera, dit-elle, avec des motorisations et des batteries développées en interne et en concevant les véhicules de façon optimale et flexible. Au cœur de la stratégie figure l’objectif de vendre des millions de voitures électriques sur le méga-marché chinois.

Le lancement de quatre nouveaux modèles électriques est planifié pour la fin de 2020. Dès 2023, au moins 20 modèles de véhicules à batterie ou à hydrogène seront proposés dans le catalogue. Et GM prévoit de vendre un million de voitures électriques par an pour la première fois en 2026.

Des objectifs qui semblent calqués sur ceux d’autres grands constructeurs mondiaux tels que VW, BMW et Daimler.

General Motors affirme son engagement envers la mobilité électrique
4.8 (95.56%) 9 votes