moto-electrique

Pour l’instant, les motos électriques se vendent, mais pas en large quantité. Il est difficile de trouver des chiffres de vente, mais il semblerait que la production totale de motos électriques en 2013 se situait à environ 500 unités.

Il est facile de comprendre les raisons d’une production si limitée. Les fabricants de motos électriques sont des start-ups qui manquent d’un vrai réseau de distribution et de notoriété. Les acheteurs de motos sont très conservateurs (les ventes de Harley Davidson sont à nouveau en hausse), le prix de l’essence est resté bas, la technologie électrique est encore limitée et mal comprise par le public, le prix d’achat est élevé et les concessionnaires hésitent à s’investir dans un produit qu’ils ne comprennent pas tout à fait et pour lequel ils n’ont pas de techniciens formés pour l’entretien et la réparation. D’autant plus que si la moto électrique confirme sa fiabilité, son entretien minimal va réduire les profits sur le service après-vente, qui permet souvent la survie financière d’un concessionnaire. Il y a donc peu d’aides et d’intérêt pour un concessionnaire de prendre une nouvelle marque de motos électriques qui n’a pas encore fait ses preuves.

Publicité


Au contraire des voitures électriques, je crois que la croissance des ventes de motos électriques sera incrémentale pour encore longtemps. La seule raison qui ferait exploser les ventes est une crise quelque part dans le monde entrainant un renchérissement du prix de l’essence ou qui limiterait l’accès à l’essence, comme durant la « crise de l’essence » au milieu des années soixante-dix. Mais comme les USA sont entrain d’augmenter leur production de pétrole avec le gaz de schiste et le sable bitumeux, il est plus que probable que l’essence sera largement disponible et relativement bon marché pendant longtemps encore.

Cependant, les ventes de motos électriques devraient augmenter d’année en année. À mesure que leurs performances et autonomie s’améliorent, le prix de la technologie diminue et celle-ci devient plus acceptée et respectée. Mais je ne pense pas que leur niveau de vente vienne rivaliser, et de loin pas, avec les ventes de motos à moteur thermique.

Il est possible que les motos et scooters électriques deviennent plus prévalent si un grand constructeur décide de promouvoir leurs ventes pour pouvoir profiter de crédits de carbone ou autre crédits de pollution, et ainsi continuer de vendre des véhicules à moteur thermique. Je pense que les fabricants de motos électriques pourront développer un marché de niche plus important dans un proche futur s’ils arrivent à réduire les coûts, et à augmenter la promotion de leurs produits pour un usage urbain et péri-urbain. Il faudrait aussi qu’aucun des deux fabricants de motos électriques, Zero et Bramo, ne se retrouve en faillite, ce qui découragerait les autres constructeurs de moto de se lancer dans l’électrique.

En attendant, le scooter électrique de BMW, le C Evolution, vient de passer au stade de la grande production mais ne sera pas importé en Amérique du Nord si on en croit mon concessionnaire (qui a déjà reçu un acompte d’un enthousiaste). Je pense que le C Evolution devra bien se vendre en Europe avant d’avoir la chance de le voir aux USA. Pour l’instant le C Evolution a environ deux ans de retard sur Bramo et Zero si on compare vitesse de pointe et autonomie, mais le scooter BMW semble mieux conçu et fabriqué que les motos électriques. Je pense que BMW aurait une meilleure chance sur le marché américain avec un deux-roues électrique s’il s’agissait d’une moto sportive premium comme la HP2. Mais il ne semble pas que BMW veuille s’engager dans cette direction.

Dans le long terme, les motos électriques ont le potentiel de concurrencer les motos à moteur thermique, mais cela nécessitera un réseau de stations de recharge, comme celui que Tesla est entrain de mettre en place pour les propriétaires de ses voitures. Malheureusement, le système de recharge de Tesla, qui permettrait la recharge d’une moto en moins de 30 minutes, n’est pas compatible avec la technologie actuelle des motos électriques.

Le réseau de recharge publique actuel en Level 2 220-volt nécessite plusieurs heures pour recharger même une batterie de moto. Ce qui est beaucoup trop long pour quelqu’un qui veut faire « le plein » pendant un voyage, à moins que cela ne soit le soir au terme d’une étape. Et ce n’est pas demain la veille qu’un système de recharge rapide et universel soit adopté et que les stations de recharge soient aussi répandues que les stations à essence. Jusqu’à ce que ce jour arrive, je pense que les motos et scooters électriques seront pratiques pour les déplacements locaux, alors que les motos à moteur thermique seront les véhicules de choix pour traverser le pays ou faire de longs voyages.

Note : Articlé écrit en anglais par Richard Harmon pour CleanRider.com et traduit par JP Darwin

Publicité