En direct des ateliers Venturi où se prépare la nouvelle Formule E

Alors que le championnat de Formule E s’apprête à passer à Paris pour une étape historique, Automobile-Propre a pu se rendre à Monaco pour visiter les ateliers de Venturi et rencontrer une partie de l’équipe qui travaille déjà à la nouvelle monoplace pour la saison 3.

Alors que la seconde saison de Formule E ne se terminera que le 3 juillet prochain avec une ultime étape à Londres, les écuries sont déjà à pied d’œuvre pour préparer leur participation à la saison 3. A Monaco, Automobile-Propre a pu se rendre dans les ateliers de Venturi pour découvrir la future monoplace et rencontrer une partie de l’équipe qui travaille à son développement.



L'équipe Venturi qui travaille sur la troisième saison de Formule E

Une partie de l’équipe Venturi qui travaille sur la saison 3. De gauche à droite : Louis Marie Blondel, Guillaume Damaville et Abdelkader Djellouli

De nouvelles réglementations FIA pour 2016 – 2017

Alors que la saison 2 avait introduit plusieurs nouveautés pour les écuries dont la possibilité de choisir leur propre moteur, la saison 3 autorisera quelques évolutions supplémentaires.

« On peut descendre le poids de la voiture de 8 kilos pour descendre à 880 kilos et nous aurons le droit de régénérer davantage d‘énergie en course » nous détaille Louis Marie Blondel, pilote développement de la Formule E, dans la vidéo ci-dessous. Et pour pouvoir concourir au prochain championnat, chaque monoplace doit bénéficier d’une homologation par la FIA avec une date butoir fixée au 1er juin.

Une électronique de pointe

La gestion du calculateur et le réglage électronique de la monoplace revient à Abdelkader Djellouli qui travaille à partir de différents logiciels fournis par les fabricants et notamment McLaren pour la partie calculateur.

« Il y a parfois des moments sous tension » nous confie hors caméra Abdelkader pour qui la saison 2 de Formule E est une première dans le monde de la compétition automobile. « Il m’est arrivé une fois qu’un des pilotes me signale un dysfonctionnement seulement 15 minutes avant le début de la course. Associé au décalage horaire lorsqu’il faut passer d’un continent à l’autre, le stress est parfois énorme  ». Mais l’électronique n’a pas le droit à l’erreur, le moindre problème de calibrage pouvant entrainer la mise en défaut de la monoplace…

venturi-formule-e-ateliers-monaco-0007

Quant à la communication entre le pilote et l’équipe technique, tout passe par  radio, le pilote devant relayer les informations qu’il voit sur un minuscule écran situé au centre du volant qu’Abdelkader nous présente en détails dans la vidéo ci-dessous.

Quid de l’aspect mécanique ?

Sur le plan mécanique, Guillaume Damaville est l’un des chefs mécaniciens de l’équipe Venturi. S’il travaille au développement de la Formule E pour la saison 3, il est aussi présent en course où il a la charge de la monoplace de Mike Conway, l’un des deux pilotes de l’écurie Venturi. Retrouvez son témoignage ci-dessous.



Augmentation du pack batteries : pas avant la saison 5

Quant à la batterie embarquée à bord des monoplaces, elle devrait rester identique pour encore quelques années. Le doublement de la taille du pack batteries (56 kWh ndlr) ne devrait intervenir qu’à partir de la saison 5, ce qui permettra aux pilotes de ne plus avoir à changer de monoplace en cours de course. Elle restera néanmoins toujours commune à toutes les écuries jusqu’à la saison 7 ou 8.

En donnant les grandes lignes les grandes lignes des évolutions à venir sur les prochaines saisons, la FIA permet ainsi aux écuries de pouvoir anticiper les développements en interne ou la recherche de partenaires pour les différents composants.