En partenariat avec l’Europe et la Commission Européenne, l’énergéticien italien Enel va déployer un réseau de près de 200 bornes rapides entre l’Italie et l’Autriche.

Si l’Italie est bien connu pour sa culture gazière et reste le premier marché européen pour les véhicules GNV et GPL, le groupe énergétique Enel, équivalent d’EDF en Italie, souhaite également développer le véhicule électrique et vient d’officialiser la création d’Eva+, un corridor de près de 200 bornes de charge rapide réparties entre l’Italie et l’Autriche.

Financé à 50 % par l’INEA, une agence de la Commission Européenne dédiée à l’innovation, le projet est estimé à environ 4.2 millions d’euros et bénéficie du soutien de plusieurs constructeurs dont Renault, Nissan, BMW et le groupe Volkswagen.

Bornes tri-standards

Etalé sur trois ans, le projet Eva+ prévoit la création de 200 bornes, dont 180 localisées en Italie et 20 en Autriche.

Tri-standards les bornes proposeront Combo, CHAdeMO et AC pour s’adapter à tous les modèles du marché et seront capables de recharger jusqu’à 2 véhicules simultanément. Pour l’heure, Enel ne donne de détails quant aux lieux d’implantation de ces bornes. Idem quant à la puissance délivrée même si certains médias évoquent des bornes en 43 kW. Un choix pour le moins étrange en 2017 alors que l’obsolescence des bornes 50 kW est d’ores et déjà programmée pour la charge rapide vues les évolutions à venir sur les futures générations de voitures électriques.

Le lancement officiel du réseau EVA+ aura lieu dans quelques jours à Bruxelles et sera sans doute l’occasion d’obtenir des détails supplémentaires.

Notez cet article