Sept ans après le lancement de la première génération de ZOE, la Renault Twingo ZE complète l’offre du constructeur sur un segment bien plus citadin. Proposée à 16 000 € bonus déduit, elle dispose de sérieux atouts pour convaincre.

Annoncée dès 2013 par le concept Twin’Z, la Renault Twingo électrique aura su se faire attendre… Afin de ne pas faire de l’ombre à la ZOE, la marque au losange a choisi de garder le projet au chaud dans les cartons. Le temps que le marché soit prêt à accueillir un second modèle sans cannibaliser le premier, mais aussi que le prix des batteries soit suffisamment bas pour proposer un tarif compétitif pour le segment.

Base Twingo

Si la ZOE offre un design bien distinct de celui de la Clio, la Twingo conserve les mêmes lignes que les versions thermiques. Avec 3,61 m en longueur, 1,64 m en largeur et 1,56 en hauteur, elle reste en tout point similaire aux autres déclinaisons et ne se distingue que par quelques marquages spécifiques.

À l’avant, on retrouve la même planche de bord que celle d’une Twingo classique. La finition reste basique avec du plastique absolument partout. Au plus simple, l’instrumentation se contente d’afficher les informations essentielles avec notamment une estimation de l’autonomie restante et une jauge batterie affichée en pourcentage. Sur la finition Vibes de notre modèle d’essai, l’instrumentation est complétée par un écran tactile de 7 pouces assez facile d’utilisation. Si la fonction GPS ne vaut pas grand-chose, vous pourrez facilement utiliser Android Auto ou Apple CarPlay.

Au niveau des rangements, la Twingo ZE offre une grande boîte à gants, de spacieux espaces dans les contre-portes et un bac central intégrant deux prises USB et un port jack. Alors que l’activation du mode Eco passe par un bouton dédié, la sélection des vitesses s’effectue via un classique levier qui permet aussi d’activer un « brake » à plusieurs niveaux. Basique, le volant intègre quelques réglages, dont celui du régulateur de vitesse.

Avec un plancher rehaussé en raison de la présence du moteur électrique, le volume du coffre se limite à 188 litres. Un espace d’autant plus réduit par la présence du câble de recharge qui ne bénéficie pas de double fond pour être rangé discrètement. Une fois la banquette arrière rabattue, le volume grimpe à 980 litres.

Sur la partie technique, la Twingo ZE affiche des caractéristiques proches de celles de la première génération de ZOE qui date de 2013. Développant jusqu’à 81 chevaux de puissance, le moteur électrique est intégré sur le train arrière. Il est couplé à une batterie de 21,4 kWh de capacité utile. C’est plus que moitié moins que la génération actuelle de ZOE qui culmine à 52 kWh.

Pour recharger la Twingo électrique, il faut compter 15 heures sur une prise domestique, 4 heures sur une borne 7 kW et seulement 1 h 30 sur un chargeur 22 kW. Le tout grâce au chargeur embarqué. S’il ne se révèle pas particulièrement utile compte tenu du dimensionnement de la batterie, le connecteur Combo n’est pas au programme. Même en option !

Au volant

Dès les premiers tours de roue, on retrouve le principal atout de la Twingo : sa maniabilité exceptionnelle. Avec un rayon de braquage de 8,6 m, la petite puce de Renault tire parti de sa configuration en propulsion. Le fait de placer le moteur à l’arrière libère le train avant et offre à cette petite Twingo un sentiment d’agilité assez incroyable malgré les 165 kilos additionnels de la batterie.

Si elle se révèle moins véloce sur le 0 à 100 km/h que la petite e-Up (12,9 vs 11,6 s), la Twingo offre une excellente accélération au démarrage avec un couple de 160 Nm immédiatement disponible et un 0 à 50 km/h assuré en 4,2 secondes. Le sentiment de vivacité est très net et les dépassements peuvent être opérés très facilement, le tout avec une direction à la fois douce et précise. Même avec le mode éco activé, elle reste assez vive à l’accélération. Quant au mode « B », qui renforce l’effet du frein moteur, il peut être activé sur trois niveaux. Au niveau le plus fort, l’intensité n’est toutefois pas aussi marquée que sur d’autres modèles. Le freinage régénératif n’entraîne pas non plus la voiture jusqu’à l’arrêt total.

Entièrement revue sur sa partie châssis, la Twingo électrique bénéficie de nouvelles suspensions. Au niveau du freinage, la configuration est similaire à celle de la version thermique avec des disques à l’avant et des tambours à l’arrière. Le freinage est tout aussi efficace, le frein moteur venant compenser le surpoids lié à la batterie.

En matière d’aides à la conduite, notre version Vibes intègre de série l’alerte de franchissement de ligne. Elle est en revanche dépourvue du système de freinage d’urgence, pourtant bien plus utile en ville, terrain de prédilection de cette petite citadine.

Si elle reste essentiellement taillée pour la ville, la Renault Twingo électrique est aussi à l’aise sur autoroute. Avec un 80-120 km/h réalisé en 11,5 s, les reprises ne sont pas exceptionnelles, mais la vitesse atteint tout de même 135 km/h. Au-dessus de 100 km/h, les bruits d’air sont plus présents, notamment au niveau des montants. La petite électrique reste toutefois moins bruyante et plus confortable que la version thermique.

De 13 à 17 kWh de consommation moyenne

En matière de consommation, nous avons réalisé une moyenne de 13,5 kWh/100 km en ville en utilisant en grande partie le mode Eco. Sur voies rapides, nous sommes montés à 16-17 kWh/100 km de moyenne. De quoi estimer une autonomie réelle de l’ordre de 160 kilomètres en ville et d’environ 120 kilomètres en extra-urbain.

Ville

Voies rapides

Consommation constatée

13,5 kWh/100 km

16-17 kWh/100 km

Autonomie estimée

160 km

120 km

Un tarif bien placé

Uniquement vendue avec sa batterie, la Renault Twingo ZE est proposée à partir de 26 450 € hors bonus dans la finition Vibes de notre modèle d’essai. Dans sa finition d’entrée de gamme, la Life, elle débute à partir de 21 350 € ce qui en fait l’une des voitures électriques les moins chères commercialisées sur le marché français.