Sous capitaux chinois, via le groupe SAIC Motor, MG a introduit en France le ZS EV dans le courant de l’année 2020. La marque qui a su séduire nombre d’automobilistes dans l’Hexagone vient de rafraîchir le modèle avec une nouvelle version encore plus convaincante.

Restylage extérieur

Ce qui saute immédiatement aux yeux, en comparant les modèles 2020 et 2022 du MG ZS EV, c’est la disparition de la calandre. Auparavant, son centre s’élevait en emportant le logo afin de donner l’accès aux connecteurs de recharge.

Désormais, la bouille du SUV compact électrique se présente en une seule pièce principale totalement repensée. Elle rappelle la face des Tesla, en particulier celle du Model Y. La trappe abritant la prise a été déplacée vers le bloc optique droit Silverstone qui compte 21 LED. Comme celui à l’autre bout, il a lui-même été retouché. À l’arrière, ce sont les feux (Phantom), le bouclier, et les buses de sortie d’air qui ont été retravaillés.

L’exemplaire à notre disposition était revêtu d’une peinture métallisée rouge diamant facturée en option 650 euros TTC. Un surplus identique est aussi demandé pour les teintes noir galet, bleu Como et argent cosmique. Pour y échapper, il faudra se contenter du blanc.

2 groupes motopropulseurs…

Le nouveau MG ZS EV est livrable avec 2 groupes motopropulseurs très différents. Ils sont respectivement dotés d’une autonomie WLTP en cycle mixte de 320 et 440 kilomètres. On oublie le moteur 105 kW de 353 Nm de couple, alimenté par une batterie de 44,5 kWh de capacité énergétique brute.

L’électromobiliste va désormais devoir choisir entre Autonomie standard et Autonomie étendue. La première version embarque un pack LFP 51 kWh (capacité brute). Il profite à un moteur synchrone à aimants permanents d’une puissance de 130 kW.

Curieusement, la dotation supérieure qui anime l’exemplaire à notre disposition lie une batterie lithium NMC plus capacitaire (70 kWh) avec un appareil d’une puissance limitée à 115 kW. En cause, la tension moins élevée du pack. Dans les 2 cas, le couple maximal est crédité de 280 Nm et s’exerce sur les seules roues avant.

… et 2 finitions

En entrée de gamme, la finition Comfort reçoit un équipement déjà bien intéressant. Ainsi l’air conditionné, les sièges chauffants, un volant similicuir multifonctions, une clé mains libres, des rétroviseurs électriques et chauffants, etc.

Sans compter les assistances à la conduite regroupées sous la dénomination « MG Pilot ». Parmi elles, le régulateur de vitesse adaptatif, l’avertisseur de collision frontale avec freinage automatique d’urgence, l’assistant de maintien dans la voie, et l’aide à la conduite dans les embouteillages.

Le modèle que nous avons essayé bénéficiait de la finition supérieure Luxury. Elle se distingue immédiatement grâce au toit panoramique et ouvrant en verre. Et, plus discrètement, par les sièges similicuir, le système audio à 6 haut-parleurs avec son 3D, et la recharge des smartphones par induction. Ce niveau de présentation adopte en plus le détecteur d’angle mort, l’alerte de trafic transversal, le contrôle vocal, etc.

SUV compact

Avec son ZS EV, MG veut associer SUV et usage urbain. D’où une empreinte au sol de 4,32 x 1,81 m, pour une hauteur de 1,65 m. L’accès au coffre de 448 litres s’effectue en basculant le logo qui sert de poignée. L’espace est bien dégagé derrière les passages de roue. En rabattant le dossier 60/40 de la banquette, on n’obtient pas un plancher parfaitement plat. Mais le volume utile s’agrandit à 1 166 l.

Aussi compact soit-il, cet engin sait se faire spacieux pour son gabarit. Aussi bien pour les bagages que pour les occupants. Ceux à l’arrière bénéficieront, en plus de la luminosité procurée par le toit en verre, d’une belle garde au toit et de place pour les jambes.

Bien qu’un peu basse, l’assise se montre confortable. L’absence de tunnel central de service facilite l’occupation de la banquette par 3 personnes. « On a un excellent rapport encombrement/habitabilité », estime Maxime Fontanier.

À l’avant

Les rembourrages sont toujours généreusement distribués, à l’arrière, comme à l’avant. En particulier au niveau de la planche de bord où l’on trouve une nouvelle finition façon carbone. Présentant très bien, la sellerie en similicuir se montre confortable.

Toutefois, les réglages des sièges sont perfectibles. Électriques pour le conducteur, ils ne permettent cependant pas d’intervenir sur l’inclinaison du dossier. Le passager assis à côté de lui doit se contenter de réglages manuels, sans pouvoir jouer sur la hauteur de son fauteuil. Impossible également de modifier la profondeur du volant ; la hauteur peut en revanche être adaptée. En conséquence, les conducteurs à fort gabarit risquent de ne pas trouver une position idéale.

Entre la console avec porte-gobelets, le coffret sous l’accoudoir central, la boîte à gants suffisante et des contre-portes qui peuvent accueillir tout un tas de choses, les espaces de rangement sont nombreux.

C’est sans doute le conducteur qui sera le plus en mesure d’apprécier l’évolution du MG ZS EV entre les générations 2020 et 2022. L’afficheur derrière le volant est complètement différent. Les anciens cadrans animés par de véritables fines aiguilles ont disparu au profit d’une présentation digitale. Elle est peut-être moins agréable visuellement, mais plus conforme à la traction électrique.

On retrouve à gauche le compteur de vitesse, et à l’opposé la puissance instantanée ou la régénération, indiquées en pourcentage. Les informations en rapport avec le trajet (temps, distance parcourue, vitesse et consommation moyennes) peuvent être alignées sous la forme d’un tableau très lisible.

Au centre de la planche de bord, l’écran multimédia tactile, devenu bien plus réactif, passe de 8 à 10,1 pouces sur la nouvelle version du ZS EV. Compatible Android Auto et Apple CarPlay, cette tablette sert aussi de support, avec la finition Luxury, à la visualisation à 360 degrés. Les images sont cependant retransmises depuis une caméra hélas non abritée des projections. Elle se situe en effet tout juste au-dessus de la plaque d’immatriculation. L’ergonomie des commandes est bien pensée, avec de véritables boutons qui permettent d’accéder rapidement à certaines fonctions.

En particulier pour la gestion de la ventilation, du désembuage et de la température à bord. Les réglages du mode de conduite (Eco, Normal, Sport) et du ralentissement régénératif s’effectuent grâce à des leviers à bascule. De façon assez classique, le volant sert de support aux commandes de l’ordinateur de bord (à droite), et au réglage du volume du système multimédia (à droite).

Les aides à la conduite sont en revanche peu pratiques à gérer avec la manette cachée derrière le volant. À noter la possibilité de contrôler à distance de nombreuses fonctionnalités via une application smartphone. Ainsi la gestion de la recharge, et de la température dans l’habitacle avant le départ.

Premiers tours de roue

Dès les premiers tours de roue, le moteur électrique se manifeste à bord par une sorte de souffle. S’il n’est pas vraiment désagréable, il est tout de même en trop. Le jeu de la suspension se traduit également par une remontée de bruits sourds dans l’habitacle, et par de petites trépidations. Relativement souple, elle filtre bien les aspérités de la route à une allure urbaine.

Associée à une garde au sol élevée, de 16 centimètres, elle permet de monter 2 roues sur un trottoir, lorsque nécessaire, pour effectuer un arrêt ou se garer. De grands rétroviseurs extérieurs et des vitres assez larges offrent au conducteur une bonne visibilité sur l’extérieur.

Avec un SUV conçu en particulier pour un usage en ville, nous nous attendions à un meilleur diamètre de braquage. Sans être catastrophique, il est de 11,2 mètres. « Au final, on a quand même un SUV qui est très agréable à utiliser en ville », a apprécié notre essayeur.

Sur routes sinueuses et voies rapides

Passons d’Eco à Sport pour évaluer le comportement du MG ZS EV sur une route grasse, humide et sinueuse. Accélérer en sortie de virage se traduit par quelques petits phénomènes de patinage.

Sans être d’un mordant exceptionnel, les freins sont progressifs et rassurants à l’usage. La souplesse de la suspension favorise un certain écrasement de la voiture dans les virages abordés à une allure relativement soutenue.

Les aides à la conduite, tels le régulateur de vitesse et le maintien dans la voie, sont bien appréciables en évoluant sur une route à 4 voies. La ZS EV est capable de se rabattre de façon autonome après un dépassement. Elle tarde cependant un peu à effectuer cette opération, et semble flotter entre les marquages qui balisent sa file. « Ça fonctionne, mais c’est pas très finaud », juge Maxime Fontanier.

18 kWh/100 km

Avec la nouvelle version, la vitesse de pointe du MG ZS EV est passée de 140 à 180 km/h. L’insonorisation n’est pas excellente sur le SUV branché, avec à la fois des bruits d’air et de roulement à 120-130 km/h. Rien de vraiment choquant cependant, surtout quand on compare ce défaut à la grille tarifaire avantageuse face à la concurrence.

Pour le modèle équipé de la batterie 70 kWh, MG communique sur une consommation moyenne de 17,8 kWh/100 km en cycle mixte WLTP (17,3 kWh/100 km avec le pack 51 kWh). Ce qui est conforme à notre propre relevé de 18 kWh/100 km réalisé par une température extérieure de 9 °C. De quoi effectuer 350 kilomètres dans ces conditions. Sur autoroute, à 130 km/h, le rayon d’action tombe à 250-260 km, du fait d’une consommation moyenne qui grimpe à 26-27 kWh/100 km.

Selon la version choisie, le MG ZS EV embarque un chargeur AC d’une puissance de 6,6 kW (Autonomie Standard) ou 11 kW (Autonomie étendue). En courant continu, le SUV électrique a été conçu pour accrocher pendant quelques minutes une puissance de 92 kW. De quoi régénérer la batterie de 20 à 80 % en un peu moins d’une heure avec une borne suffisamment dimensionnée. Le constructeur communique sur un bien improbable délai de 40 minutes pour une recharge de 0 à 80 %.

Comme le Kia EV6 et le Hyundai Ioniq 5, le ZS EV est doté de la fonctionnalité V2L (Vehicle-to-Load). Incluse de série, quelles que soient la batterie et la finition, sa puissance est cependant plus modeste : 2,5 kW, contre 3,6 kW avec les Coréennes. Ce qui reste suffisant pour dépanner une autre voiture électrique ou alimenter différents consommateurs (ordinateur, éclairage pour un événement en extérieur, outil électroportatif, etc.) en cas de besoin.

Un SUV électrique à prix mini

L’un des principaux attraits du ZS EV réside dans son prix. Hors bonus, la grille tarifaire démarre respectivement à 30 990 et 34 990 euros en finition Comfort pour les versions Autonomie Standard et Autonomie étendue. L’adoption du niveau supérieur Luxury fait grimper de 2 000 euros les chiffres. Ils passent ainsi à 32 990 et 36 990 euros.

Tous les modèles bénéficient d’une garantie de 7 ans ou 150 000 km qui s’applique sur l’ensemble du véhicule, y compris la batterie.

À noter que l’engin peut tracter une remorque jusqu’à 500 kg, et supporter sur son toit une charge de 75 kg dans un coffre adapté.