Partis tester durant un mois l’ë-C4, la nouvelle berline 100 % électrique signée Citroën, Audrey et Olivier, nos deux ambassadeurs, nous livrent leurs premières impressions après une première semaine passée à son volant. Des premiers pas en « électrique » concluants.

Depuis la remise des clés en région parisienne, voilà déjà quelques jours qu’Audrey et Olivier ont pris possession de leur Citroën ë-C4. Audrey a regagné la région lyonnaise en attaquant d’emblée par plus de 500 km d’autoroute tandis qu’Olivier a rejoint la Seine-et-Marne. Un département qu’il sillonne à longueur de journée pour assurer les soins à domicile de ses patients en tant qu’infirmier libéral. Nous avons recueilli pour vous leurs premières impressions.



Audrey, 40 ans, chargée de financement, Champagne-au-Mont-d’Or (69)

« C’est avec un peu d’appréhension que j’ai regagné mon hôtel le soir dans Paris, où j’avais prévu de faire une première recharge dans un parking avant mon départ le lendemain matin pour Lyon. Pas de chance, sur les huit bornes de ce parking, une seule était disponible et elle ne fonctionnait pas ! Grâce au gardien, j’ai heureusement pu recharger à 100 % sur une prise domestique.

Dès le lendemain, direction Lyon avec un détour par Bourg-en-Bresse afin de récupérer mes enfants que j’avais laissés chez leurs grands-parents. Sur l’autoroute, j’ai découvert une voiture extrêmement silencieuse et très agréable à conduire. J’ai néanmoins dû abaisser ma vitesse de croisière de 130 km/h à 120 km/h et parfois même à 110 km/h pour gérer la consommation, plus élevée que prévu en raison des -2 degrés de température extérieure. Sur l’ensemble du trajet, j’ai dû recharger la batterie quatre fois au lieu des trois prévues. Tout s’est néanmoins bien passé : les bornes rapides étaient à chaque fois disponibles sur les aires d’autoroute et je récupérais 80 % d’autonomie après seulement trente minutes d’attente. Le voyage a donc été plus long que prévu, mais finalement moins fatigant qu’à l’habitude.

Globalement, je trouve que l’ë-C4 est une voiture vraiment très zen et très reposante à conduire sur de longues distances. Elle est aussi très agréable en ville avec son moteur très réactif qui permet de s’insérer dans le flot de circulation avec beaucoup d’aisance. À bord, j’apprécie ses matériaux de bonne qualité, le confort de ses sièges et la sensation d’espace aussi bien à l’avant qu’à l’arrière où les enfants sont très bien installés. Eux aussi profitent du silence pour jouer et discuter calmement. Ils adorent aussi passer à l’avant pour profiter des sièges massants. »

 

Olivier, 44 ans, infirmier libéral, Bernay-Vilbert (77)

« Ce qui m’a le plus surpris à bord de l’ë-C4 lorsque je suis rentré chez moi c’est son grand silence de fonctionnement. À tel point que lorsque je m’arrêtais aux feux rouges, je me demandais si son moteur était bien en marche ! Dès le lendemain matin, j’ai repris mes tournées. En respectant ma façon de conduire habituelle, j’ai vu l’autonomie fondre en raison de la température extérieure glaciale. J’ai alors vite sélectionné le mode “Eco” et la fonction “B” forçant la régénération de la batterie pour préserver l’autonomie. Malgré cela, après avoir parcouru 80 km, elle n’était plus que de 70 km à la demi-journée. Durant mes 2 h 30 de pause du midi, j’ai alors rechargé sur la borne 7 kW de mon village et récupéré 90 % de charge. Bien suffisant pour finir ma journée sans souci !



Sinon, je me suis très bien habitué à cette ë-C4 facile à prendre en main. J’apprécie sa finition et la qualité de ses matériaux, même si l’ambiance à bord est à mon goût un peu sombre, pas aussi originale en tout cas que la ligne extérieure que mes patients jugent très futuriste. Au quotidien, j’apprécie ses rangements nombreux et très bien pensés, de même que son coffre qui s’ouvre sans effort. C’est important pour moi, car j’y accède de nombreuses fois dans la journée pour prendre mon matériel médical. Grâce à son confort et notamment celui des sièges, je ne ressens aucune fatigue ni mal de dos en fin de journée. Seul petite critique : je fais parfois un peu de gymnastique pour m’extraire de la voiture en raison de mes grands pieds qui butent dans le bas de caisse assez haut, surtout avec les longues portes qu’il faut ouvrir en grand. Une question d’habitude. »

Article réalisé en partenariat avec Citroën. En savoir plus