carre-habitat-eco-conduite

Créateur­ inventeur du concept Duplex‐Jardin, le groupe immobilier Vivialys organise des challenges pour que ses collaborateurs adoptent une conduite automobile plus engagée.

Une démarche gagnante

Si toutes ne sont pas entrées dans une démarche volontaire de réduction de l’impact de leurs activités sur l’environnement, de plus en plus d’entreprises mettent cependant en place des systèmes vertueux qui séduisent leur clientèle et/ou allègent les charges d’exploitation. Pour d’autres, il s’agit aussi et surtout d’une question de cohérence avec les valeurs défendues par leurs productions. C’est le cas pour Carré de l’Habitat qui communique sur la place importante que la société accorde à la nature, au cadre de vie et à ses choix de matériaux de construction.

Publicité


Vivialys

Carré de l’Habitat et Trianon Résidences sont les 2 marques du Pôle VEFA, parmi les 4 du groupe immobilier Vivialys, à avoir mis en place le challenge d’éco-conduite lancé en avril 2015 auprès de leurs collaborateurs. Le vainqueur ? Damien Besacier, conducteur de travaux chez Carré de l’Habitat à Lyon (69). Avec un rôle qui lui impose de constater sur place le bon déroulement des chantiers, le lauréat passe, sans doute autant que ses collègues commerciaux, beaucoup de temps sur les routes. Loin d’être un terrain d’entraînement, cet environnement est bien au contraire celui du concours, car c’est dans la durée et le quotidien que les participants sont notés.

Une nouvelle flotte de voitures

Comme dans beaucoup d’entreprises, les flottes du groupe Vivialys n’étaient quasiment composées que de véhicules diesel. Lorsqu’il a été question de migrer vers des modèles hybrides, – des Toyota Yaris hybrides et des Toyota Auris hybrides -, c’est presque la moitié du parc des 130 voitures qui a été renouvelé en une seule journée. Soixante collaborateurs ont dû converger quasiment en même temps à la Cité de l’Habitat de Lutterbach (68), avec leurs engins professionnels alimentés au gazole, pour les échanger contre les 60 hybrides qui attendaient sagement. La modernisation de la flotte se fait par paliers chez Carré de l’Habitat et Trianon Résidences. Désormais, ce sont 70 exemplaires, au total, animés par une chaîne de traction essence-électrique, qui la composent.

carre-habitat-eco-conduite-02

Promoteur engagé

« Promoteur immobilier engagé, Carré de l’habitat utilise dans ses constructions des matériaux qui ne polluent pas. Le respect de la qualité de l’air est une des valeurs de l’entreprise », explique Pierre Aubert, interrogé par Automobile Propre. Ce directeur administratif et financier du Pôle VEFA de Vivialys précise que ce souci de son entité à s’engager pour l’environnement, devant sa clientèle comme ses collaborateurs, remonte à 2014.

90 tonnes de CO2 en moins dans l’air

Chez Vivialys, les chiffres parlent d’eux-mêmes : 240 collaborateurs pour une flotte de 130 véhicules parcourant chacun annuellement environ 30.000 kilomètres. L’actuel plan de renouvellement du parc par des modèles hybrides, accompagné par une sensibilisation à l’éco-conduite, permettra de libérer, sur 3 ans, 90 tonnes de CO2 en moins.

« Soit l’équivalent de 90 allers‐retours Paris/New York en avion pour 1 personne », précise-t-on, chez Carré de l’Habitat. « Cette initiative s’inscrit dans un vaste programme d’achats responsables entrepris par le groupe Vivialys. Carré de l’Habitat s’est donné pour objectif de monter sa part des véhicules hybrides à 100% d’ici à 2018 », souligne Philippe Rauch, DG de la marque connue pour son concept Duplex‐Jardin.

Equipes commerciales

Ce sont d’abord les équipes commerciales qui ont été concernées par l’hybridation de la flotte du groupe. La performance de Damien Besacier, qui n’en faisait pas partie, est donc d’autant plus méritoire. Pour réussir sa migration en mobilité plus douce, le groupe Vivialys s’est entouré de Toyota qui a assuré la formation à l’éco-conduite, et de ALD Automotive, filiale de la Société Générale spécialisée en location longue durée et gestion de flotte automobile. « Le secteur où nous pouvons faire le plus de progrès pour l’environnement dans l’entreprise, c’est celui de la mobilité de nos collaborateurs », précise Pierre Aubert.

Quelques réticences

Carré de l’Habitat n’a pas échappé à un certain scepticisme de départ de la part des collaborateurs lorsque le plan de remplacement des véhicules diesel par des essence-électriques a été annoncé par la direction. « La peur du changement », invoque Pierre Aubert. « Mais aujourd’hui, ils sont pour la plupart satisfaits de cette initiative », modère-t-il. Le challenge a été comme un catalyseur qui a permis au scénario de se dérouler au mieux. D’autant plus qu’à la direction générale, les hybrides arrivent aussi, progressivement, sous la forme de modèles Lexus.

Termes du challenge

« Le vainqueur du challenge serait celui qui obtiendrait la meilleure consommation moyenne en essence sur 6 mois, devant impérativement s’établir sous la barre des 5 litres pour 100 kilomètres parcourus », énonce Pierre Aubert. Damien Besacier a réussi à circonscrire la sienne sous les 4 litres, suivi de près par deux collaborateurs des équipes commerciales. En jeu, un week-end de 3 jours dans un établissement distingué par l’association Relais & Châteaux.

Publicité


Plus loin que la formation Toyota

« Pour espérer gagner, nombre de collègues engagés dans le challenge ont dû imaginer des solutions et habitudes encore plus efficaces que celles conseillées par les formateurs de Toyota », avoue Pierre Aubert. Déjà pour une raison simple : le cadre des déplacements n’est pas le même pour tous. Carré de l’Habitat a ainsi construit plus de 3.100 Duplex-Jardin en Alsace, Bourgogne, Franche-Comté, Ile‐de‐France, Midi‐Pyrénées et Rhône‐Alpes : des régions dont les profils des réseaux routiers peuvent être très différents.

« Les collaborateurs qui prennent régulièrement l’autoroute ont souvent fait le choix de la quitter pour des voies moins énergivores ; ceux qui circulent sur les routes de montagne ont cherché à profiter au mieux des descentes ; et surtout, une réticence à laisser le volant d’une voiture de service à un collègue qui ne chercherait pas à respecter l’engagement de son utilisateur habituel », énumère Pierre Aubert.

Nouveau challenge

Le directeur administratif et financier du Pôle VEFA situe, à la louche, « dans une fourchette de 15.000 à 20.000 euros, les frais annuels de réparations, hors entretien pris en compte dans le cadre des contrats de location des véhicules, pour la flotte des 2 entreprises Carré de l’Habitat et Trianon Résidences ».

Et justement, le nouveau challenge qui court jusqu’à l’échéance du leasing, en avril 2018, prend en compte cette dimension. Désormais, en plus de viser la consommation d’essence la plus basse sur 2 ans d’utilisation, toujours sous la barre des 5 l/100 km, il faudra aussi s’évertuer à présenter le plus bas cumul de factures de carrosserie et mécanique, en tout cas inférieur à 500 euros pour la période.

Une voiture à gagner

Le nouveau challenge devrait être particulièrement pris au sérieux, car le vainqueur gagnera la voiture hybride professionnelle qu’il utilise au quotidien, et qui sera alors tout juste libérée de son contrat de location. « Les compteurs ont été remis à zéro » pour ne pas avantager les participants qui avaient déjà enregistré les meilleures performances à la première édition, apprend-on dans un communiqué de presse diffusé à l’occasion de la clôture de l’événement initial.

Une démarche appréciée de la clientèle

« Carré de l’Habitat et Trianon Résidences communiquent beaucoup sur les réseaux sociaux, et en particulier autour de leur démarche qui vise à réduire l’impact de leurs activités sur l’environnement », témoigne Pierre Aubert. Véhiculant régulièrement des clients, les commerciaux expliquent le challenge, précisent que la Toyota Yaris est fabriquée en France et que leur entreprise est engagée dans un programme écocitoyen. Les propriétaires fonciers, très axés sur l’écologie, tout comme les futurs propriétaires d’une maison, apprécient ce langage qui permet aux 2 entreprises du groupe Vivialys de se démarquer de la concurrence.

Une flotte qui évolue

« Dans 2 ans, les véhicules hybrides loués depuis 2015 devront être rendus », rappelle Pierre Aubert qui poursuit : « L’année prochaine, le groupe devra réfléchir aux termes du nouvel appel d’offre lancé pour les remplacer ». Pour lui, il est encore trop tôt pour envisager précisément les modèles qui prendront la relève. Une certitude : « nous resterons attachés au principe de l’éco-conduite et du souci de l’environnement dans nos solutions de mobilité », anticipe-t-il. « Véhicules électriques à batteries ? Pas encore adaptés aujourd’hui aux besoins de déplacements ! Hydrogène ? Pourquoi pas », envisage-t-il.

Automobile Propre et moi-même remercions Pierre Aubert pour sa disponibilité et ses réponses apportées à nos questions.

Publicité