Électrique et sans cuir : comme d’autres constructeurs, Volvo abandonne les peaux animales dans ses véhicules électriques pour une approche plus responsable.

Peut-on promouvoir la mobilité électrique et la protection de l’environnement, tout en continuant de sacrifier des bêtes pour s’asseoir sur leur cuir ? Devant ce paradoxe, de nombreux constructeurs ont fait le choix d’abandonner le cuir en faveur de matériaux plus écoresponsables. C’est désormais au tour de Volvo de suivre la tendance.

Pour respecter le bien-être animal aussi bien que l’environnement, la marque suédoise a annoncé que tous ses véhicules électriques s’équiperont d’une sellerie uniquement conçue à partir de matériaux bio ou recyclés. Ces derniers seront fabriqués par des fournisseurs utilisant des énergies renouvelables dans leur processus de fabrication.

La cause animale au centre des interrogations

Baptisée Nordico, la première sellerie reprend dans les grandes lignes la recette présentée par le concept Precept. Elle est fabriquée à partir de bouteilles en PET et de bouchons en liège recyclés, ainsi que des matériaux en provenance de forêts écoresponsables en Suède et en Finlande. Selon Volvo, cette nouvelle mesure permettrait de réduire les émissions de CO2 du bétail à cause de l’activité humaine.

Toutefois, la marque suédoise continuera de proposer certains habillages en laine, mais avec une matière première en provenance de fournisseurs certifiés afin d’en assurer sa traçabilité. Volvo s’engage aussi à chasser les origines animales qui peuvent se retrouver dans les processus de fabrication des caoutchoucs ou des plastiques.