L’hélicoptère électrique Volta vient de réaliser avec succès son premier vol à l’héliport de Paris-Issy-les-Moulineaux.

En présence de Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, l’appareil a pu voler durant quelques minutes à quelques mètres du sol. « C’est avec des ruptures technologiques qu’on réussira à maintenir le réchauffement climatique en dessous des 2 degrés », a souligné la ministre. Aujourd’hui, le secteur de l’aviation représente plus de 2% des émissions mondiales de CO2.

Jusqu’à 30 minutes d’autonomie

Baptisé Volta, ce prototype d’hélicoptère électrique a été développé par l’Ecole nationale de l’aviation civile (Enac) et Aquinea. Alimenté par une batterie d’un poids de l’ordre de 150 kilos, il offre jusqu’à 20 minutes d’autonomie en vol stationnaire et de 25 à 30 minutes en vol de croisière.

« Considérant une endurance moyenne de 25 min, chaque vol électrique de VOLTA permet d’éviter le rejet de 13kg de CO² et 24g de NOx » explique l’ENAC sur son site. Sur l’ensemble de la durée de la batterie, soit environ 350 heures, le Volta permet d’éviter le rejet de plus de 11 tonnes de CO² et 22 kilos de NOx, soit environ 17000 litres de carburant économisés.

Publicité


La construction de ce premier prototype aura pris 3 ans et doit permettre à l’ENAC de passer à l’étape suivante : le développement du Volta 2, un hélicoptère électrique biplace dédié à la formation des pilotes et à l’aviation de loisir. Attendu d’ici trois à 4 ans, ce nouveau modèle offrira jusqu’à 55 minutes d’autonomie.

Publicité