En installant des points de ravitaillement en électricité, le Lion entend favoriser le passage de ses salariés aux voitures électriques.

Le directeur des ressources humaines et de la transformation, Xavier Chéreau, explique que cette action est conforme à l’engagement de PSA dans la lutte contre le réchauffement climatique. Elle constitue également un soutient à « l’offensive électrifiée du groupe lancée en 2019 », peut-on lire dans le communiqué de presse émis en date du 1er octobre 2020.

Déjà 365 bornes de type Wallbox 7 kW sont opérationnelles, sur les 500 qui seront au final mises en service sur 49 sites du groupe répartis dans 12 pays européens.

Ce programme, commencé l’année dernière, devrait se poursuivre jusqu’à la fin 2021.



PSA s’est entouré d’Izivia (filiale d’EDF) et de Total pour l’installation et la gestion de ce parc d’infrastructures de recharge. Ce matériel permettrait de faire le plein d’énergie « à un prix comparable aux prix de recharge sur les réseaux extérieurs publics ».

Avis de l'auteur

Plusieurs choses m’interpellent, pas forcément positivement, dans le communiqué de presse qui informe de l’installation de ces 500 bornes.

Tout d’abord l’annonce elle-même, puisqu’il s’agit de mettre en service des bornes de recharge dans des sites PSA pour des salariés PSA. Cette info a plus sa place dans les magazines internes du groupe.

Ensuite le nombre de bornes : 500 pour 49 sites dans 12 pays d’Europe. Ce qui fait en moyenne 10 bornes par site, et 41 bornes par pays. Environ 10.000 personnes viennent travailler dans la seule usine Peugeot de Sochaux en temps normal, en comptant les intérimaires. La dotation est vraiment très modeste ! Surtout pour en parler aussi largement.

Et le coût ? Pour 500 exemplaires, le poids financier unitaire d’une Wallbox ne devrait pas peser plus de 500 euros pour un groupe aussi puissant que PSA. Soit 300.000 euros au total. Pour comparaison, le budget annuel en publicité de Peugeot et de l’ordre de 100 millions d’euros. Et autant pour Citroën.

Cette initiative pour la recharge des véhicules des collaborateurs relève normalement du comité social et économique.

Pourquoi une gestion externe du matériel ? Pourquoi faire payer la recharge aux salariés quand nombre d’entreprises qui n’ont pas forcément un lien direct avec la mobilité électrique offrent ce service ?

J’aimerais bien connaître l’avis des salariés de PSA sur ce programme.