Version rebadgée de la Citroën AMI, l’Opel Rocks-e débarque en Allemagne où elle est annoncée à partir de 7 990 €.

Sans forcément égaler les volumes de ventes enregistrés sur le segment des voitures particulières, la petite Citroën AMI a su trouver son public sur le segment du sans permis. Un joli succès qui encourage Stellantis à aller plus loin en déclinant sa petite puce électrique sur d’autres marques du groupe. Opel est la première à officiellement se lancer. Présentée il y a déjà quelques mois, l’Opel Rocks-e vient d’entamer sa commercialisation sur le marché allemand où elle peut être commandée en ligne.

Jusqu’à 75 km d’autonomie

Hormis le logo et quelques détails esthétiques mineurs, cette Opel Rocks-e ne diffère en rien de la version proposée par Citroën. Affichant 2,41 m de long pour 1,39 m de large, la microcitadine à l’éclair reste cantonnée à la catégorie des voitures électriques sans permis. Limitée à 45 km/h de vitesse maximale, elle embarque une batterie de 5,5 kWh et annonce jusqu’à 75 km d’autonomie.

En Allemagne, l’Opel Rocks-e est annoncée à un prix de 7 990 € dans sa configuration de base. S’y ajoutent deux séries spéciales. Baptisées « Rocks-e Klub » et « Rocks-e TeKno », celles-ci sont facturées 8 790 €. Elles disposent de leurs propres enjoliveurs, d’un support smartphone et d’éléments décoratifs spécifiques, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

La disponibilité des véhicules dépend de la version choisie. Première à être livrée, la déclinaison « TeKno » est annoncée pour la fin d’année. Les deux autres seront disponibles à compter du 31 mars 2022.

Reste maintenant à savoir si Opel proposera également sa petite Rocks-e sur le marché français. Si le choix de Stellantis paraît pertinent pour le marché allemand, où Opel est très implanté, pas sûr que ce clone de l’AMI trouve vraiment sa place dans l’Hexagone.