Nio échange batteries Chine

Grâce à ses dizaines de milliers de SUV électriques et ses 131 stations en Chine, la jeune marque poursuit ses efforts pour démocratiser son système d'échange de batteries. Elle communique sur un demi-million de changement de batteries en deux ans.

La voiture électrique améliore sans cesse une de ses différences fondamentales avec le thermique, la recharge. Trop lente pour certains, elle s’accélère avec la mise en place progressive de solutions de charge rapide, voire ultra-rapide. Mais le changement de batteries semble encore être à l’étude.

Chez Nio, le « battery swap » est une solution sérieuse. Depuis mai 2018, la marque chinoise a déployé 131 stations dans le pays au travers de 58 villes. Ce système permet aux SUV électriques de la marque de retrouver un plein d’énergie en trois minutes. Nio a offert l’échange aux premier clients, et rend gratuit les premiers 1.000 kWh par mois pour les autres.

La solution semble séduire particulièrement les propriétaires d’ES8 et ES6, car 500.000 changement de batteries ont eu lieu en 2 ans. A ce jour, aucune autre marque n’a poussé le changement de batterie en station. Un des freins est la non compatibilité entre marques, une Tesla ou une BAIC ne pouvant aller dans une telle station Nio. Il faut aller dans le segment des deux roues pour trouver l’idée, via le concept Honda PCX.



La société israélienne Better Place avait initié en 2011 un système « Quickdrop » à petite échelle. Une solution que le Danemark avait aussi adopté. Des Renault Fluence Z.E. y échangeaient leurs batteries, mais le nombre trop faible de véhicules a mené le projet à sa perte. Tesla a aussi étudié cette piste en 2013, avec des Model S. Le constructeur californien a toutefois abandonné au vu du trop peu de conducteurs séduits.