Pour son avenir électrique, Mitsubishi pourrait se rapprocher de Nissan pour développer une petite citadine électrique.

Après avoir annoncé son retrait de l’Europe, la marque japonaise pourrait finalement rester sur le continent en sélectionnant une poignée de marchés. C’est ce qu’elle a indiqué en filigrane en annonçant l’arrivée de nouveaux modèles basés sur des Renault. Mais Mitsubishi pourrait aussi se rapprocher de Nissan sur ses terres natales pour développer une petite citadine électrique.

C’est ce qu’avance le magazine Nikkei Asia, en indiquant que les deux marques japonaises pourraient travailler ensemble autour d’un projet de citadine électrique. Cette nouvelle fait ainsi renaître le spectre de la Mitsubishi i-MiEV, dont la base technique était partagée avec les Peugeot iOn et Citroën C-Zero.



Un format kei-car pour la descendante de l’i-MiEV

La forme ne serait pas si éloignée de l’ancienne petite électrique puisqu’elle devrait s’incruster dans le juteux marché des kei-cars, qui s’accaparent 40 % du marché automobile japonais. La voiture commune serait donc presque aussi haute que longue et bénéficierait de nombreuses aides gouvernementales.

Comme toutes les kei-car, cette électrique ne devrait pas quitter ses terres d’origine, où elle pourrait être proposée à près de 2 millions de yens, soit près de 15 400 €. Les chances de voir apparaître une version européenne, ou même une Renault électrique d’entrée de gamme reposant sur la même base, sont donc inexistantes.