Les véhicules électriques de luxe et SUV seraient responsable d'un plus grand nombre d'accidents que leurs homologues thermiques d'après une étude de l'assureur AXA. A contrario, les compactes et citadines zéro-émission en causeraient moins.

Difficile de déterminer avec précision si les voitures électriques causent plus ou moins d’accidents que les véhicules thermiques. Si Tesla affirme que ses modèles en provoquent moins que la moyenne nationale américaine, l’étude menée par AXA en Suisse avance le contraire. Selon l’assureur, les voitures électriques « de luxe » et « SUV » dont les Tesla font parti avec l’Audi e-Tron ou encore la Jaguar I-Pace, auraient un taux d’accidents supérieur de 40% par rapport aux équivalents essence ou diesel.

L’origine de cet écart se trouverait dans la puissance élevée des moteurs électriques et leur couple instantané, surprenant les conducteurs inexpérimentés. « L’accélération maximale est disponible immédiatement, alors que les moteurs à combustion interne dotés d’une puissance même très forte prennent un moment pour atteindre leur accélération maximale » explique la responsable de recherche sur les accidents d’AXA.

A l’inverse, l’assureur estime que les voitures électriques plus petites (compactes, citadines) présentent un taux d’accidents inférieur de 10%. La société s’étant appuyée sur ses déclarations de sinistres, l’étude n’est donc qu’un petit aperçu et ne reflète pas forcément une tendance générale. De nombreuses assurances proposent d’ailleurs des tarifs préférentiels aux conducteurs de véhicules électriques, estimant qu’ils sont globalement plus prudents que les propriétaires de voitures thermiques.

Publicité


Publicité