La Dacia Spring

La Dacia Spring n’a pas encore rencontré le mur de l’EuroNCAP, mais elle pourrait ne pas s’en tirer avec les honneurs.

La Dacia Spring est une petite révolution dans le segment des voitures électriques : petite et pragmatique, elle offre la technologie électrique au plus grand nombre avec un prix de vente très mesuré. Mais ce n’est pas sans concession, notamment en matière de sécurité aux yeux de l’EuroNCAP, organisme européen spécialisé dans la sécurité des véhicules.

Car pour mieux maintenir son prix de vente, la Dacia Spring repose sur une recette habituelle qui consiste à reprendre des bases éprouvées. Et plus précisément celle de la Renault K-ZE, elle-même dérivée électrique de la Renault Kwid imaginée pour les marchés émergents.



Une étoile au cahier des charges

Et malgré ses efforts pour s’adapter aux standards du marché européen, la Dacia Spring ne pourra pas cacher ses origines roturières. Notamment devant le mur de l’EuroNCAP pour évaluer son niveau de protection : comme la Renault Kwid, elle ne pourrait pas décrocher plus d’une étoile selon le barème de l’organisation.

C’est ce que nous a indiqué une source interne proche du dossier, en affirmant que le constructeur se fixe un objectif d’une étoile au crash-test EuroNCAP. Interrogées à ce sujet par nos soins lors de la présentation de la citadine électrique, les équipes de Dacia ont préféré préciser que la Spring disposait de tous les équipements de sécurité nécessaires pour rouler en toute tranquillité, avec six airbags, l’ESP ou l’ABS couplé à l’aide au freinage d’urgence.