Kia Sorento Hybrid 2020

La nouvelle génération du grand SUV Kia fait la part belle à l’hybride, en proposant dans un premier temps, et fin 2020, une hybridation classique, avant de voir le Sorento passer au rechargeable l’année suivante.

Kia accélère le renouvellement de ses modèles avec le nouvel e-Soul, le restylage récent des Niro et e-Niro et les nouvelles Ceed/Xceed. Tous sont venues rajeunir et électrifier le catalogue du constructeur sud-coréen. Si les citadines attendront, à l’opposé de la gamme, le Sorento, lui, passe enfin par la case hybride.

Électrifié, puis branché

Premier constat, la quatrième génération est plus élancée que la précédente malgré une longueur stable (4,81 m). Le capot du Sorento est plus horizontal, et Kia a reculé de 3 cm la base du montant avant. Aussi, les lignes sont plus tendues, même si quelques plis viennent alléger la silhouette aux côtés de flancs bosselés et non creusés. Le dessin est encore plus agressif sur le faciès et la poupe aux optiques en deux parties. L’habitacle se dévoilera prochainement, mais promet « une capacité de chargement référence dans la catégorie ».

Dans un premier temps, au lancement, le SUV coréen se convertira à l’hybride. Le bloc 1,6 litre 4 cylindres T-GDi surnommé « Smartstream » est associé à un moteur électrique de 44 kW (60 ch). Au total, le Sorento développe 230 chevaux et un couple de 350 Nm. La batterie lithium-ion associée affiche 1,49 kWh de capacité. La marque n’indique pas si le SUV peut rouler en mode électrique ou non, ni ne donne de consommation de carburant.

Si Kia nous détaillera ultérieurement ce Sorento hybride essence, attendu à l’été 2020, une version rechargeable gonflera l’offre à compter du second semestre de cette année. Le constructeur asiatique a en effet confirmé son arrivée mais sans donner la moindre caractéristique. Toutefois, il sera peu probable de retrouver la motorisation 141 ch de la Ceed SW. Peut-être en saurons-nous davantage lors du Salon de Genève, ouvert au public du 5 au 15 mars.