En cours de réalisation, la transformation de ce Renault Twizy exploite des éléments habituellement montés sur des voitures hybrides rechargeables.

Installé à Bristol en Grande-Bretagne, Zero EV est spécialisé dans la vente de pièces neuves et d’occasion pour véhicules électriques. A la demande, ou pour le fun, l’entreprise améliore les performances de voitures branchées et effectue des conversions de modèles thermiques.

Parfois Chris Hazell s’amuse à poursuivre des projets improbables. Ainsi avec le rétrofit d’une Nissan Skyline R32 qui a reçu des éléments de Tesla et de Chevy Volt.

Son attention se porte désormais sur le quadricycle lourd du Losange : Le Twizy 80. « Cette chose va devenir un truc de fou ! Va-t-il pousser très fort sur les roues ? Pourra-t-il faire des drifts ? Va-t-il au contraire se retourner ? », essaye d’imaginer le fondateur de Zero EV.

Le groupe motopropulseur du Twizy va être complètement remplacé. L’habituelle batterie lithium-ion de 6,1 kWh de capacité énergétique va céder la place à un pack de Golf GTE 8,7 kWh que le jeune britannique ouvre dans la première vidéo. Ce qui nous permet de découvrir 8 éléments associés par paires

De quoi gagner plus de 40% sur l’autonomie d’environ 80 kilomètres qu’il est possible de tirer de l’engin dans sa configuration d’origine ? C’est peu probable ! Pourquoi ? Parce que le moteur électrique d’origine, de 17 chevaux (12,5 kW) de puissance et développant 57 Nm de couple maximal, va être échangé avec celui monté à l’arrière d’un Mitsubishi Outlander PHEV (95 chevaux, ou 70 kW – 195 Nm). Et Chris Hazell n’a pas l’intention du tout de mener de façon tranquille son quadricycle lorsqu’il sera transformé !